• Icône de l'extase de sainte Cécile
Icône de l'extase de sainte Cécile

Icône de l'extase de sainte Cécile

  • Référence: IC_9336

35,83 € TTC

En stock

Icône de l'extase de sainte Cécile. Taille disponible : 27,7 x 17 cm (Ref G9336 - IC_9336)

0
0/5 - 0 avis

Description Icône de l'extase de sainte Cécile

Cette icône de sainte Cécile représente un tableau du célèbre peintre italien Raphaël. Le tableau original a des dimensions imposantes puisqu'il mesure 2,38 m x 1,5 m. C'est dire que sainte Cécile est représentée pratiquement en grandeur nature.
A l'origine ce tableau était destiné pour une chapelle latérale de l'église San Giovanni in Monte à Bologne. Mais en 1793 il fut volé par les français et se retrouva à Paris. Il fut restitué en 1815 et se trouve actuellement à la Pinacothèque nationale de Bologne.
Sur ce tableau qui représente sainte Cécile, vierge et martyre, nous ne retrouvons pas les attributs traditionnels, la palme et le lys qui symbolisent la virginité et le martyre. Ce qui nous permet d'identifier sainte Cécile, c'est la présence des instruments de musique, car cette vierge et martyre est patronne des musiciens. Dans un article de notre blog nous expliquons le pourquoi d'un tel patronage :
Ce tableau s'appelle l'extase de sainte Cécile en raison de son regard dirigé vers le Ciel, comme si elle contemplait des merveilles surnaturelles au cours d'une d'une extase.
Ce tableau fait allusion a épisode célèbre de la vie de sainte Cécile où durant le banquet de ses noces elle est comme ravie en extase comme nous le racontons ici :
Mais l'artiste ne se limite pas à peindre cet épisode : il délivre un message que nous allons essayer de décrypter.

La représentation de sainte Cécile

La cène centrale de ce tableau est la représentation de cinq personnages dont sainte Cécile en est le principal. Elle est au centre et la seule représentée de face, corps et visage. Elle ne chante pas, ni ne joue de l'instrument de musique, un orgue positif, qu'elle a en main. Elle semble entièrement absorbée par sa vision et ne se rend pas compte que des tuyaux commencent à se déboiter et à glisser vers le bas pour rejoindre les instruments déjà au sol.
Du visage de sainte Cécile émane une profonde douceur alliée à une détermination ; et si ce regard tourné vers le ciel suggère une extase, il symbolise aussi le détachement des biens de ce monde qui se manifeste aussi par la manière dont elle tient l'orgue entre ses mains : elle ne porte aucun intérêt à son geste, ni aux conséquences pour l'orgue.

Description des quatre saints qui l'entourent

En commençant par la gauche nous pouvons reconnaître saint Paul avec son glaive qui rappelle qu'il est mort décapité, et symbolise aussi le glaive de la parole de Dieu à double tranchant comme il est écrit dans l'épitre aux Hébreux, qu'il a prêchée à travers l'empire romain et pour laquelle il est mort.
Le deuxième personnage est saint Jean, apôtre et évangéliste, reconnaissable par l'aigle qu'on voit en partie à ses pieds avec un pied sur un livre, peut-être son Evangile.
Le troisième personnage, revêtu d'une chape, qui tient une crosse en main est identifié avec saint Augustin.
Le dernier personnage est sainte Marie-Madeleine avec un vase dans sa main qui rappelle l'onction de Béthanie, quelques jours avant la Passion du Seigneur Jésus, où elle répandit un précieux parfum sur la tête de Jésus en prévision de sa mort et de sa sépulture.
Sainte Marie-Madeleine est la seule qui regarde vers nous, alors que saint Paul semble perdu en contemplation, et saint Jean et saint Augustin s'échangent des regards intenses ; l'apôtre semble communiquer au grand docteur toute la profondeur de sa science.
Les cinq têtes se trouvent sur une même ligne horizontale, ce qui symbolise le coeur sans partage également donné par tous au Christ.

Les instruments épars

Au premier plan, sur le sol, se trouvent plusieurs instruments comme abandonnés. Dans se désordre apparent certains objets se croisent pour dessiner des croix : c'est elle qui a triomphé des vanités de ce monde représentées par ces instruments de musiques qui flattent les sens, qui produisent certaines musiques sensuelles, excitant les passions, et attirent vers le bas au lieu d'élever l'âme vers Dieu.

Le choeur des Anges

Dans ce tableau de Raphaël il ne faut pas s'arrêter à l'esthétisme, car l'artiste, homme de son temps, transmettait dans ses oeuvres un message symbolique et spirituel que le choeur des Anges, en haut du tableau, nous permettra de découvrir. Ce choeur angélique est composé de six anges. Le nombre six, selon saint Augustin, est un chiffre parfait qui exprime la perfection des oeuvres de Dieu. Par conséquent ces Anges rendent à Dieu une louange parfaite, pour la création, avec la création, au nom de la création. C'est une invitation à nous unir à ce concert pour la plus grande gloire de Dieu.

Rapport des différentes cènes

Nous avons donc trois plans :
- en bas la musique instrumentale symbolisée par les instruments en désordre. Avec eux on reste au niveau des sens, si belle soit cette musique.
- Avec les cinq saints nous passons au niveau de la musique spirituelle, que l'homme a élaborée avec l'aide de la grâce pour élever l'âme vers les choses divines. La plus parfaite illustration de cela est sans doute le chant grégorien que l'Eglise honore toujours.
- le dernier niveau est la musique céleste du choeur des Anges que sainte Cécile contemplait durant la fête de ses noces. Si nous persévérons dans la grâce nous aurons un jour cette immense joie d'être associés au choeur des anges pour toute l'éternité.
Pourquoi le choix de ces quatre saints pour entourer sainte Cécile ?
- Saint Paul, ravi au troisième ciel, a entendu cette musique divine ;
- saint Jean, dans l'ile de Pathmos, où il a eu la révélation de l'Apocalypse, a entendu la liturgie céleste,
- sainte Marie-Madeleine, quand elle était à la sainte Beaume, était emportée chaque jour par les anges et participait à la louange divine ;
- saint Augustin a écrit un traité sur la musique où en partant des règles du chant remonte d'harmonie en harmonie jusqu'à l'harmonie éternelle et immuable.

Ainsi, Raphaël en représentant sainte Cécile, patronne des musiciens, a voulu nous rappeler le rôle éminent de la musique dans le plan divin. Mais c'est à nous d'en faire bon usage et de ne pas en faire un moyen de perdition. Le corps légèrement déhanché de sainte Cécile accompagne le mouvement des bras, qui donnent l'impression de vouloir jeter au sol l'instrument qu'elle tient dans ses mains. Cette attitude corporelle manifeste un dédain de cette musique terrestre ; mais son regard élevé vers le Ciel, l'esprit totalement saisi par ce qu'elle voit nous révèle ce qu'il y a de plus important : la vie éternelle. Au final elle ne traite pas les réalités terrestres par le mépris mais par l'oubli comme si elles n'existaient pas.


--------------------

L'IC_9336 est munie au dos d'un trou, pour pouvoir être fixée au mur. Ce trou est cranté pour faciliter son centrage. Vous pouvez aussi l'exposer sur un chevalet.


Pour le format G9336 voir le chevalet IKNG27

Vous trouverez les chevalets dans l'onglet "Produits associés" ou la catégorie "Accessoires"

Fiche technique - Icône de l'extase de sainte Cécile

  • Référence(s) par format

    G9336

  • Matériau(x)

    bois massif

  • Disponible aux dimensions suivantes

    27,7 x 17 cm (G9336)

Avis (0) Icône de l'extase de sainte Cécile

Aucun avis pour le moment


Ajouter un avis

Articles du blog en relation

Dans la même catégorie

16 autres produits sélectionnés pour vous