Filtrer par

Thème

Matériau

Hauteur

Il y a 16 produits.

Filtres actifs

Affichage 1-16 de 16 article(s)

La dévotion à la sainte Famille

Cette dévotion est relativement tardive en raison de la notion même de "Famille". A l'origine la famille signifiait non seulement père, mère et enfants mais aussi tous ceux qui sont sous l'autorité du père comme les serviteurs et parfois des cousins, cousines, etc.... Comme ils n'avaient pas de terme adéquat, ils employaient le mot trinité. d'autre part, il fallait attendre aussi le développement de la dévotion à saint Joseph pour que les auteurs spirituels s'intéressent davantage au groupe formé par Jésus, Marie et Joseph ; il est bien clair que la sainte Famille sans saint Joseph n'a aucun sens. Au XVIIe s. apparait le mot famille dans le sens restreint que nous connaissons.

Avec le XVIIe s. commence vraiment la dévotion à la sainte Famille avec la constitution d'associations et de confréries. Mais cela reste assez dispersé, sans reconnaissance réellement officielle et limité localement.

Le XIXe siècle voit une floraison quelque peu anarchique d'initiatives que l'intervention pontificale de 1892 unifiera et couronnera. Entre 1804 et 1857 quinze congrégations féminines "de la sainte Famille" sont fondées surtout en France. Plusieurs associations furent créées comme l'Association de la Sainte-Famille à l'instigation de Pierre-Bienvenu Noailles (1793 - 1861), ou l'Association des Familles consacrées à la sainte Famille à l'initiative du Jésuite F.-P. Francoz, une autre aussi due au zèle des Rédemptoristes, etc...

Le bref Neminem fuit de Léon XIII

Très préoccupé de redonner à la société les principes chrétiens, seuls capables d'en assurer la prospérité, Léon XIII stimulait la dévotion à la sainte Famille comme capable de développer les vertus domestiques, qui sont génératrices des vertus sociales. Mais pour éviter des innovations contestables et une certaine confusion qui commençait à s'installer. Il publia donc un le bref Neminem fuit (14 juin 1892) qui rappelait les bienfaits à attendre de la dévotion et des associations de la sainte Famille : progrès de la charité, sainteté des moeurs, atmosphère de piété ; dans ce même bref Léon XIII décidait l'unification de tous les groupements de piété en un seul dont le centre serait à Rome, chaque évêque nommant pour son diocèse un directeur responsable des groupes de l'échelon paroissial. Pour terminer Léon XIII prévoyait une fête patronale.

Origine de la fête de la sainte Famille

Ainsi, en complément de ce bref, Léon XIII concédait, le 14 Juillet 1893, une messe propre et un office de la Sainte-Famille aux diocèses qui en feraient la demande. Cet office votif, placé d'abord au troisième dimanche après l'Epiphanie, fut fixé par Benoit XV au 19 janvier, puis, le 26 octobre 1921, rendu obligatoire pour l'Eglise universelle et placé le dimanche après l'Epiphanie. Avec la réforme du calendrier liturgique la fête de la sainte Famille a été déplacée au dimanche dans l'octave de la Nativité de Jésus-Christ (Noël).

Les papes du XXe s. s'intéresseront davantage encore à la famille compte tenu du contexte social qui remet en cause ce modèle naturel comme base de la société humaine.

Joseph et Marie : le mariage modèle

On peut être surpris que la famille de Nazareth soit présentée comme modèle pour les familles, car on peut se demander à juste titre si Marie et Joseph étaient vraiment mariés puisqu'ils avaient fait voeux de virginité. Cette objection n'est pas nouvelle, et le magistère a déjà répondu. Voici en substance l'explication des théologiens :

Il faut remarquer qua dans le mariage se trouvent deux perfections :

la première qui consiste dans l'union indissoluble des esprits, par laquelle chaque époux s'engage à garder une foi inviolable à son conjoint ; entre la Vierge Marie et Joseph, il y avait cette union et cette fidélité à un très haut degré, autant que cela pouvait l'être ici-bas. L'amour qui unissait Marie et Joseph était un amour sponsal et virginal vraiment authentique, symbole de l'union du Christ et de l'Eglise vierge et mère. Ainsi à ce point de vue il y a eu un vrai mariage entre Marie et Joseph ; c'est un modèle éminent à proposer à toutes les familles.

quant à la deuxième perfection, qui s'accomplit par l'union charnelle qui engendre les enfants, le mariage de La Vierge-Marie et de Joseph n'a pas été consommé. Par contre, cette perfection se trouve accomplie dans l'éducation des enfants, car nous reconnaissons Jésus comme fils de Marie et de Joseph qui ont pourvu à son éducation.

Par conséquent dans le mariage de Notre-Dame et Joseph nous trouvons bien les trois éléments essentiels du mariage chrétien : fidélité, la progéniture, et l'amour. Les prier vous aidera à rester fidèles aux liens sacrés du mariage.

Les douleurs et joies de la sainte Famille

Il existe une dévotion en l'honneur des sept allégresses et douleurs de saint Joseph. Comme il est le chef de la sainte Famille on peut faire un parallèle avec la sainte Famille et retrouver une part des désolations et consolations de saint Joseph que nous trouvons aussi en parcourant l'Evangile :

  • - La Nativité est joie pour Jésus, la Vierge Marie et Joseph : un Sauveur nous est né ! Mais aussi une souffrance en raison de la pauvreté de la grotte de Bethléem ;
  • - La visite des Mages dut être une consolation pour la sainte Famille : l'Enfant-Jésus était reconnu comme Roi et Dieu ;
  • - la cruauté d'Hérode oblige la sainte Famille à fuir en Egypte pour un exil de plusieurs années : souffrance du voyage, de l'incertitude, d'être étrangers ; mais après les épreuves du retour, joie d'être à Nazareth ;
  • - douleur de la perte de Jésus au temple, mais joie des retrouvailles après trois jours ;
  • - la dernière épreuve de la sainte Famille fut la mort de saint Joseph entouré de Jésus et Marie.

Mais toutes les joies et douleurs de la vie publique du Christ, les douleurs de la Passion, du chemin de Croix, la joie de Pâques tout cela fut partagé entre Jésus et Marie mais sans saint Joseph, puisqu'il est décédé quelques temps avant le début de la vie publique du Christ. Par conséquent ce ne sont pas des joies et douleurs de la sainte Famille.

Prier la la sainte Famille

Il est important que les familles chrétiennes se mettent sous la protection de Jésus, de la Vierge-marie et de saint Joseph. Pour cela vous pouvez vous réunir le soir en famille autour d'une statue de la sainte famille pour prier le chapelet quotidien. Si vous n'avez pas de statue de la sainte Famille, vous pouvez en constituer une vous même avec une statue de la vierge marie, une statue du Sacré coeur de jésus ou de l'Enfant Jésus de Prague et une statue de saint Joseph. Vous pouvez aussi intéresser la communauté chrétienne que vous fréquentez à implorer le secours de la sainte Famille non seulement pour les familles de votre paroisse mais aussi pour toutes la familles du monde.

Sanctuaire à la sainte Famille

Comme saint Joseph est le chef de la sainte Famille, tout lieu de pèlerinage consacré à ce grand saint, peut faire aussi de sanctuaire où les pèlerins peuvent se réunir afin de mettre leur famille sous la protection de ce grand saint. Cotignac, où il y a la fois un sanctuaire marial et à 3 km un autre consacré à saint Joseph avec une source miraculeuse, ces deux lieux de culte si proches ne forment en fin de compte qu'un seul sanctuaire consacré à la sainte Famille puisque Jésus est aussi présent dans ces lieux au tabernacle dans le très saint sacrement de l'autel, le mystère de l'Eucharistie, qui se renouvelle chaque jour à la messe. A Cotignac il y a toute une pastorale consacrée à la famille.

Le temple expiatoire de la sainte Famille

Parmi toutes les réalisations, initiatives en faveur de la sainte Famille, la plus étonnante est la Basilique mineure de la sainte Famille à Barcelone dont le nom exact est Le temple expiatoire de la sainte Famille.

Cette basilique est due à l'initiative de Josep Maria Bocabella, mandaté par « l’association des dévots de Saint-Joseph ». Le but est de construire une église en expiation en raison de la mise en cause de la foi catholique en Espagne à cause de la révolution industrielle . La bénédiction de la première pierre eu lieu le 19 mars 1882 par l'évêque Mgr José Maria de Urquinaona y Vidot . A l'origine était prévue une église néo-gothique, mais quand en 1883 l'architecte Gaudì devint le maitre d'oeuvre, il revoit totalement le plan. d'une Eglise en style gothique, il passe à un édifice de tendance naturaliste-moderniste, formé de cinq nefs, trois façades et dix-huit tours, dont douze pour symboliser les apôtres, quatre pour les Évangélistes (haute de 135 mètres), une pour la Vierge Marie (127,50 mètres surmontée de l'Étoile du matin) et la plus haute (de 172,5 mètres), au centre, pour symboliser Jésus-Christ.

A sa mort en 1926, l'édifice était très loin d'être achevé. Financé que par des dons pour respecter le projet initial, l'église devrait être achevée vers 2030. Bien qu'elle ne soit pas terminée elle est ouverte au culte catholique 2008. Les messes peuvent y être célébrées. Elle a été consacrée par le pape Benoît XVI le 7 novembre 2010.

Vous trouverez beaucoup d'informations sur internet ; pour ne donner que trois sites :

  • - https://www.techno-science.net/glossaire-definition/Sagrada-Familia.html/
  • - https://www.dosde.com/discover/fr/10-particularites-que-personne-ou-presque-ne-connait-de-la-sagrada-familia/
  • - http://www.portalgaudi.cat/fr/immeubles/temple-expiatori-de-la-sagrada-familia/