Categories

Bien comprendre la signification de l'eau bénite

Nous savons tous plus ou moins ce qu'est l'eau bénite. Mais pour aider à en avoir une connaissance plus approfondie, plus précise nous allons définir au mieux ces deux mots "eau" et "bénite" et nous verrons quels trésors ils renferment. De là nous pourrons avoir une plus grande estime pour l'eau bénite, mieux comprendre sa puissance.

L'esprit planait sur les eaux

L'eau, la mère du monde

L'eau est un élément aux nombreuses propriétés étonnantes ; elle est vitale, bienfaisante pour notre monde et pour chacun d'entre nous. En résumé : sans eau, pas de vie. Saint Pierre écrit dans sa seconde épitre (ch. 3. v. 5) que "le ciel et la terre n'ont pas toujours existé, mais qu'ils ont été tirés de l'eau, qu'ils existent au milieu de l'eau, et qu'ils sont affermis par le Verbe divin". 

L'eau est donc la mère du monde, puisque le ciel et la terre, avec toutes les créatures matérielles, ont été formés de l'eau, à laquelle le Verbe créateur a imprimé, en la condensant, des formes arrêtées qu'il maintient dans un état permanent.

Saint Augustin en concluait : « Au commencement les cieux et la terre furent faits de l'eau et par l'eau. Il n'y a donc rien d'absurde à dire que la matière primitive, c'était l'eau ; car tout ce qui naît sur la terre, les animaux, les arbres, les herbes, et les êtres semblables doivent à l'eau leur formation et leur nourriture. »

Rappelons aussi qu'à l'état foetal, l'enfant grandit dans le sein de sa mère en un milieu aqueux ; cet élément, d'un point de vue symbolique, est donc étroitement lié au sein maternel.

Les païens aussi reconnaissaient le rôle primordiale de l'eau :

 Le naturaliste romain, Pline, écrivait : « Tout ce que la terre a de vigueur, elle le doit à l'eau. »

Un autre auteur païen, Festus, donne du mot eau, aqua, une étymologie qui veut dire mère de tout ce qui existe.

L'eau le sang de la nature

En plus d'être la mère du monde, l'eau est le Sang de la nature. Comment cela ?

Le sang est nécessaire à la vie de l'homme. L'eau n'est pas moins nécessaire à la vie de l'univers. Le sang circule à travers le corps au moyen des artères et des veines et le coeur est comme son réservoir. L'eau est répartie à travers le monde par les fleuves et les rivières. Et les entrailles de la terre ne renferment-elles pas des immenses réservoirs qui communiquent entre eux par des rivières souterraines et qui alimentent d'innombrables sources pour donner la vie aux plantes ?

De là nous pouvons conclure avec un auteur païen : « L'eau est l'élément le plus ami de l'homme ; nul autre ne nous procure autant d'avantages ; sans l'eau rien ne pourrait naître, ni se conserver, ni être accommodé à nos usages. »

L'eau et le peuple juif

Considérée dans l'ordre moral, l'eau est de tous les éléments celui qui remplit la mission la plus glorieuse. Elle est le lien social par excellence. Rappelons-nous l'importance de l'eau dans l'exode du peuple juif.

 Le passage de la mer Rouge, le rocher d'Horeb, le passage du Jourdain : n'est-ce pas l'eau qui est l'élément de ces prodiges?

Quel rôle plus noble encore le Créateur ne lui fait-il pas accomplir dans toutes les pratiques de son culte ? C'est à peine si dans l'ancienne alliance on trouve une seule cérémonie où l'eau ne soit employée.

Le Christ et l'eau

La nouvelle loi ne lui ôte rien de sa dignité, au contraire. Combien de fois le Verbe régénérateur la fait servir à ses mystères et à ses miracles ! Rappelons-nous seulement son baptême au Jourdain, le festin de Cana, la vocation des apôtres, et la conversion de la Samaritaine près de l'eau ; la guérison du paralytique près de l'eau, et de l'aveugle-né par l'eau ; son apparition à ses disciples sur l'eau ; enfin, la merveille des merveilles, la régénération du monde par l'eau.

Des eaux primitives, fécondées par le Saint-Esprit (cf Gen 1, 2), le Créateur tira l'homme et le monde ancien. Des mêmes eaux, sanctifiées par lui-même en personne, le Verbe incarné fait sortir l'homme et le monde nouveau dans le baptême. Ainsi, le monde primitif et le monde régénéré sont fils de l'eau.

Baptême de Jésus au Jourdain

Qu'est-ce que "bénir" ?

Pour Dieu, bénir c'est faire descendre sur la créature et faire pénétrer en son sein les divines effusions de la vie et de l'amour ; c'est inonder de grâce et de puissance

les êtres sur lesquels tombe la parole de bénédiction, comme une rosée de lumière; en un mot, pour Dieu, bénir c'est faire du bien, et le faire aussi promptement que la parole est prononcée. « Quand Dieu bénit, dit saint Augustin, il fait ce qu'il dit. »

La bénédiction de Dieu communique aux créatures le pouvoir de vivre, c'est-à-dire de se reproduire, de croître et de se multiplier. En effet, la puissance et la force du Créateur sont la cause que toute créature subsiste ; et si cette force venait à cesser, cesserait en même temps leur nature qui s'abîmerait dans le néant.

Bénédiction de Jésus

Bénir pour l'homme

Sur les lèvres de l'homme, qui n'opère pas ce qu'il veut en parlant, bénir signifie souhaiter du bien à quelqu'un, le louer, le remercier.  Dans le sens ecclésiastique, et tel que nous l'entendons ici, bénir signifie consacrer et sanctifier une chose, c'est-à-dire : la tirer de la masse commune et lui communiquer certaines qualités mystérieuses, qui la rendent capable de devenir matière des sacrements ou instrument de faveurs pour les âmes et pour les corps.

Eau et bénédiction

Bénir l'eau, c'est lui communiquer une vertu qu'elle n'a pas d'elle-même et qui la rend propre à produire des effets au-dessus de sa nature. L'eau bénite est donc une eau sanctifiée et rendue capable d'effets surnaturels.

Pour que l'eau bénite soit telle, il faut d'abord qu'elle soit sanctifiée. Ce mot nous met en face du mystère des mystères : la chute et la réhabilitation de l'homme et du monde.

bénédiction et sanctification

En effet, sanctifier une chose, c'est la soustraire à l'influence du démon, la purifier des souillures dont il l'a salie et la rendre à sa pureté native. Par suite de sa victoire sur Adam, le Roi de la création, le démon a fait des créatures ses esclaves et les instruments de sa haine, aussi bien dans l'ordre physique que dans l'ordre moral, c'est le grand fait sur lequel repose toute l'histoire de l'humanité. Depuis lors c'est un combat sans trêve entre le bien et le mal, les ténèbres et la lumière.

Sanctifier les créatures n'est pas seulement les délivrer des influences du démon, c'est encore les rendre capables d'effets surnaturels : ces deux choses sont-elles possibles et à qui ? Évidemment elles sont possibles à celui qui peut tout : Dieu. Cela étant, Dieu seul peut faire de l'eau bénite, et ceux à qui il en a donné le pouvoir, à son épouse, l'Eglise catholique, chargée de continuer sa mission sur tous les points du globe et jusqu'à la fin du monde.

Toutes les richesses contenues dans ces deux mots "eau" et "bénite", nous permettent d'entrevoir la valeur et la puissance de l'eau bénite, que nous ne devons pas négliger en ces temps où l'enfer est déchaîné.

Le Sacré-Coeur bénissant

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)