Categories

Le bénitier ou l'eau bénite au foyer

Publié le : - Catégories : Anges et saints , Tous les articles

Crucifix bénitier

A notre époque où le sécularisme envahit toute notre société, les foyers catholiques doivent se préserver de l'influence délétère  de ce un sécularisme, anti-chrétien, anti-catholique. Le domicile est un domaine privé, où le catholique fervent a toute liberté pour extérioriser sa foi. La présence d'éventuels invités non-catholiques ne doit pas le faire rougir de sa foi et supprimer tout signe visible de son appartenance religieuse. A votre domicile vous êtes chez vous et vous faites ce que vous voulez ; vos invités doivent respecter vos convictions ; c'est un minimum de politesse de leur part. En outre, le foyer domestique est une école, où tout doit instruire spécialement les enfants ; c'est un sanctuaire, où tout doit élever les cœurs.

Le bénitier dans la chambre à coucher

Que le bénitier, comme le crucifix, et les saintes images, rentre donc au foyer domestique! Sa place naturelle est dans la chambre à coucher, auprès du lit. C'est là que le chrétien s'endort ; là qu'il s'éveille ; là peut-être qu'il doit mourir. C'est là aussi que veille, soit pour lui arracher sa dernière pensée, soit pour troubler son sommeil, soit pour surprendre son premier réveil, l'ennemi infatigable, si justement appelé le lion toujours rugissant (cf 1 P. 5, 8).

Ainsi avoir toujours de l'eau bénite près de son lit et en faire fréquemment usage : est une première recommandation que tout chrétien doit prendre au sérieuc.

La seconde est d'avoir un bénitier aussi beau que possible, comme le demande le respect dû à l'eau bénite. Mais prenons garde que sa beauté n'ait rien de profane. Que ce vase d'honneur ait un cachet religieux : en toutes choses soyons véritablement chrétiens.  La seule manière d'être chrétien, c'est de l'être en tout, toujours et partout.

Bénitier Vierge Miraculeuse

Comment utiliser l'eau bénite à la maison ?

Le bénitier n'est pas seulement un objet religieux de décoration ; il a avant tout un rôle utilitaire, de contenir de l'eau bénite. Et cette eau n'est pas là pour donner un peu de fraicheur, mais elle a une force surnaturelle que nous devons employer.

Il faut donc prendre de l'eau bénite, le matin en se levant ; une nuit vient de passer, peut-être n'a-t-elle pas été exempte de quelques péchés véniels. Pourquoi attendre de les expier alors que se signer avec foi et un peu d'eau bénite les effacera ?. Un jour commence ; des luttes nous attendent, plus d'un danger nous menace : quoi de plus raisonnable que de revêtir notre armure et de recourir au secours mis à notre portée par notre sainte Mère l'Église ? Si, dans le cours de la journée ou pendant les insomnies de la nuit, la tentation survient importune et violente, sur-le-champ faisons usage de l'eau bénite.

Il faut en prendre en se couchant pour expier les fautes de la journée, se prémunir contre les dangers de la nuit. Ces recommandations sont valables pour tous, quels que soient leur condition, leur âge, leurs vertus, deux motifs permanents et péremptoires de cette pratique trop justifiée. La maladie en est un autre non moins puissant. 

Bénitier Jésus Marie Joseph

La bénédiction solennelle des maisons

Il y a aussi une autre coutume, belle et sainte, liée à l'eau bénite, qui serait à reprendre : autrefois dans les pays chrétiens, chaque année on pratiquait la bénédiction solennelle des maisons vers l'époque ou les troupeaux, longtemps retenus dans les étables, vont retourner aux pâturages; où l'homme lui-même, par de nouveaux travaux arrosés de nouvelles sueurs, va demander son pain à la terre, c'est un usage sacré d'appeler la bénédiction divine sur les habitants, sur leurs demeures, sur leurs vignes, leurs arbres, leurs prairies, leur bétail et l'on peut ajouter : sur leurs commerces, sur leurs entreprises, etc.... Nos aïeux chrétiens avaient assez de bon sens pour savoir que la maison est mal gardée, si Dieu ne la garde ; et que la culture, l'arrosage et les soins les mieux entendus sont inutiles, si Dieu ne donne l'accroissement, en mesurant aux plantes le vent, la chaleur et la pluie.

Ange bénitier

Conseils de l'archevêque de Salerne

Voici comment le savant archevêque de Salerne, Giovanni de Torres  (archevêque de 1658 à 1662) exhortait ses fidèles à ce préparer à cette bénédiction (cf. Hydragiol., sect. II, c II) :

« Chaque chef de famille se préparera sérieusement a recevoir la bénédiction de sa maison. À cette occasion, lui et les siens se réconcilieront avec leurs ennemis, répareront la réputation du prochain, restitueront, s'il y a lieu, le bien d'autrui, se confesseront, et, par de pieux exercices, se mettront en état de recevoir et de garder la rosée salutaire qui va tomber sur eux. Il fera disparaître de sa maison tout ce qui pourrait offenser Dieu : comme les mauvais livres, les tableaux, les statues, les gravures profanes et indécentes. Il les remplacera par les images de Notre-Seigneur, de la sainte Vierge, ou de quelques saints, suivant sa dévotion particulière. A défaut de ces saintes images, qu'il ait au moins un crucifix dans sa maison. Que chaque personne de la maison ait près de son lit de l'eau bénite dans un bénitier, aussi élégant et aussi beau qu'il se pourra...

Quand le prêtre approchera, le père de famille, accompagné de ses enfants et de ses domestiques, viendra au-devant de lui, lui demandera et recevra pieusement sa bénédiction, avec le désir sincère qu'elle produise ses effets spirituels et temporels.

Pendant la bénédiction, il accompagnera le prêtre dans toutes les parties de la maison où il ira, récitant avec lui les psaumes, s'il le peut ; ou du moins y répondant et se mettant à genoux ou se tenant debout, suivant qu'il conviendra. Inutile d'ajouter que pendant la bénédiction personne ne doit travailler. La prière et le silence doivent régner partout. »

Il est intéressant de voir comment la bénédiction de la maison n'est pas simplement une pieuse coutume à laquelle on se soumet sans aller plus loin. Mais c'est une pratique qui engage toute la vie chrétienne ; en celle-ci il n'y a aucune superstition et son efficacité dépend des dispositions intérieures. De cette manière, la bénédiction de la maison, et l'usage de l'eau bénite sont de nature à obtenir leurs plus grands effets.

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)