Categories

Pourquoi Sainte Cécile est-elle patronne des musiciens ?

Publié le : - Catégories : Anges et saints , Tous les articles

Sainte Cécile par Guido Reni

Sainte Cécile par Guido Reni

Des savants ont révoqué en doute l’authenticité de sa légende et de son martyre. Mais les travaux de Dom Guéranger et les découvertes faites dans l’église même de Sainte-Cécile à Rome ne laissent aucun doute sur les principaux faits de sa vie et sur son martyre qui eut lieu à Rome, au IIIe siècle, sous le pontificat de saint Urbain.

Certains critiques ont trouvé étrange le choix qu’on fit de sainte Cécile comme patronne de la musique. D’autres saints avaient mérité cet honneur plus qu’une simple jeune fille, étrangère à l’art musical, et sur le talent de laquelle l’histoire et la tradition gardent le silence.

Le mariage de Sainte Cécile

Sainte Cécile est une vierge martyre du IIIe siècle ; elle appartenait à une illustre famille romaine, qui la maria de force à Valérien. Elle avait fait voeu de virginité. Le soir du jour des noces, alors qu'elle était seule avec Valérien, sainte Cécile lui fit cette confidence : "Doux jeune homme bien-aimé, j'ai un mystère à te révéler, à la condition seulement que tu me jures de ne point me trahir ! Sache donc que j'ai pour amant un ange de Dieu, et que mon amant est jaloux de mon corps. S'il apprenait, que même légèrement, tu m'aies touché d'un amour impur, aussitôt il te frapperait et te ferait perdre la fleur de ta belle jeunesse. Mais si au contraire, il apprend que tu m'aimes d'un amour pur, il t'aimera autant que moi et te montrera la gloire." La jeune femme réussit ainsi à convaincre Valérien d'aller trouver l'évêque saint Urbain et de se convertir au christianisme. A son retour, il trouva un ange conversant avec sa femme. Celui-ci lui remit une couronne de lys et une autre de roses à sainte Cécile.

Sainte Cécile par Raphaël

Sainte Cécile par Raphaël

Le martyre de sainte Cécile

Le frère de Valérien, Tiburce, accepta à son tour d'embrasser la religion chrétienne. Mais tous deux furent arrêtés par le préfet Alamaque. Refusant de sacrifier aux idoles, ils furent jetés en prison. Là, ils firent venir en secret l'évêque qui, à l'occasion, convertit les gardes. Le lendemain, Valérien et Tiburce furent décapités. Cécile fut à son tour arrêtée et condamnée au supplice de l'eau bouillante, mais elle en sortit indemne. Alamaque ordonna alors au bourreau de lui trancher la tête. Celui-ci dut s'y prendre à trois reprises et sainte Cécile agonisa pendant trois jours. Saint Urbain recueillit son corps et l'ensevelit dans le jardin de sa maison, qu'il transforma en église.

Sainte Cécile, musicienne ?

Dans tout ce récit nous ne voyons pas en quoi sainte Cécile mérite d'être la sainte Patronne des musiciens. Mais dans les actes de son martyre il y a bien un passage qui justifie ce choix :

« Un époux mortel, Valérien, était destiné à la jeune patricienne qui avait fait voeu de virginité. Le jour des noces, durant le festin on chanta l'épithalame qui célébrait l'union de Valérien et de Cécile, et un choeur de musiciens fit retentir la salle du son harmonieux des instruments. L’assistance ravie, Valérien avec elle, écoutait en silence. Mais Cécile toute pensive, s’élevait en esprit par delà l’infini. Elle prêtait à ces accords profanes une signification plus noble, et, suivant le chœur des anges, son âme s’unissait à leur mélodieux concert. Elle redisait au Seigneur cette strophe du Psalmiste, qu'elle adaptait à sa situation : "Que mon coeur, que mes sens demeurent toujours purs, ô mon Dieu ! et que ma pudeur ne souffre point d'atteinte !" » (cf Ps. 118, 80).

 Or, c’est en mémoire de ce concert avec les esprits célestes que Cécile est honorée comme la patronne de l’harmonie chrétienne.

La Sainte était-elle musicienne ou non ? La légende ne le dit pas, mais elle dit que Cécile chantait et cela suffit pour justifier la tradition et le choix populaire.

Sainte Cécile, statue de la cathédrale de Bayeux

Statue de sainte Cécile, cathédrale de Bayeux

Début du patronage de sainte Cécile

Mais à quelle époque remonte ce culte des musiciens pour sainte Cécile ? Il serait difficile de le préciser. Toutefois nous n’en trouvons guère de traces avant le XVIe siècle. L'art musical qui prit son essor avec tant d'énergie à cette époque, associa de bonne heure Cécile à tous ses triomphes. Les corporations de musiciens se placèrent de toutes parts sous sa protection, et le jour de sa fête fut marqué par l'exécution des plus brillantes compositions en son honneur.

Dès le IXe siècle, il est vrai, le pape Pascal fondait près du tombeau de la Sainte un monastère, où l’office divin était chanté nuit et jour ; ce fait n’indique rien de plus, car c’est seulement au XVIIe siècle, que la congrégation des musiciens de Rome, fondée au siècle précédent pour la restauration de la musique sacrée, se plaçait sous la protection et le vocable de Sainte-Cécile. Dès lors la tradition était fondée.

Insensiblement, le génie populaire avait fait son choix, non point parmi les musiciens fameux comme saint Augustin, saint Ambroise ou saint Grégoire, mais il avait discerné une jeune vierge martyre chantant au milieu des concerts célestes, et il en avait fait la patronne de l’harmonie. Cécile n’offrait à son Dieu que l’hymne de la virginité et du martyre et cependant le peuple tout entier en faisait la muse inspiratrice de l’art chrétien.

Convenance de cet honneur en faveur de sainte Cécile

La raison de ce choix peut s’expliquer ; car cette jeune chrétienne n’a point l’allure légère des déesses antiques ; sa démarche est grave comme celle d’une vierge, sa beauté est tout intérieure. Elle est l'emblème idéal de la musique chrétienne, telle que la com­prenaient nos pères. Une gravité calme, une voix qui ignore le langage des passions terrestres et n’a d’accents que pour Dieu seul. Tels sont ses caractères. Tel était aussi le caractère de sainte Cécile ; voilà ce qui a inspiré au génie catholique de choisir cette sainte pour patronne de la musique, comme autrefois Dante fut inspiré de faire de Béatrix la personnification de la Théologie catholique...

Sainte Cécile est donc notre patronne, sinon à titre de vérité historique, du moins à titre de symbole.

Quel plus touchant symbole, en effet, que celui qui représente sous les traits d’une vierge, cette muse chrétienne, chaste et pure, qui préside aux chants de nos cérémonies, réunit toutes les voix en une seule voix, tous les cœurs en un seul cœur, en un seul élan d’amour vers la Divinité !

Les peintres et les sculpteurs, s’appuyant sur ce choix de sainte Cécile comme patronne de la musique, l’ont représentée un instrument en main, ou le plus souvent, assise devant un clavier d’orgues, et depuis plusieurs siècles les artistes ont continué à considérer les emblèmes musicaux comme attributs indispensables de sainte Cécile.

ce patronage de Cécile se fonde sur les actes de son martyre. Mais ceux-ci ont été remis en cause par certains historiens comme nous le disions en commençant cet article. Il est intéressant de voir quels sont les arguments en faveur de cette authenticité. Cela sera l'occasion d'un autre article où nous parlerons de remarquables découvertes...

Icône sainte Cécile, vierge et martyre

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)