Categories

La croix miraculeuse de Migné

Publié le : - Catégories : Crucifix - Croix , Objets religieux , Tous les articles

Croix miraculeuse de Migné

Migné est un village situé à 10 km environ au Nord-Ouest de Poitiers dans le département de la Vienne ; il s'appelle aujourd'hui Migné-Auxences. Dans l'antiquité une importante voie romaine le traversait. Il a vu passer de formidables chevauchées, et de grands noms comme ceux de Jules César, Constantin, Clovis, Charles Martel, Charlemagne, saint Louis, etc...

C'est aussi par Migné que passa la vraie Croix envoyée à sainte Radegonde par l'empereur de Constantinople, en 569. Il faudra attendre 1826 pour que ce bourg fasse parler de lui.

Une mission paroissiale

Le 5 novembre 1826 commençait à Migné une mission qui devait se terminer le 17 décembre par la plantation solennelle d'une Croix ; beaucoup de nos croix ou vieux calvaires que nous voyons le long de nos chemins ou un carrefour, commémorent de telles missions attestées par des inscriptions. Une fois que les ouvriers eurent achevé leur travail, peu avant 17h00, un des missionnaires, l'abbé Marsault, monta sur la croix pour le dernier sermon.

Une croix lumineuse dans le ciel

Vers cinq heures, au moment précis où il rappelait la fameuse croix de lumière apparue à Constantin et à son armée, en l'an 312, une croix immense, d'une blancheur uniforme et lumineuse, se montra tout d'un coup dans le ciel, au-dessus de la foule, composée de fidèles venus de Poitiers et des paroisses environnantes. Cette foule était estimée à plus de 2000 personnes. Evidemment une certaine stupeur ou épouvante avait saisie les gens.

Une croix inconnue

Cette croix était couchée horizontalement et se tenait immobile à moins de quarante mètres de hauteur. La longueur était d'environ 65 mètres. Elle se dessinait parfaitement toute entière dans chaque partie, avec une grande netteté et une proportion admirable. Sa couleur uniforme était d'un blanc d'argent légèrement teinté de rose. Elle était lumineuse, mais sans éclairer autour d'elle ni faire d'ombre. Cette croix ne ressemblait pas à celle qui venait d'être plantée.

Réaction de la foule à la vue de cette croix

Ce merveilleux spectacle persista pendant plus d'un demi-heure et fut vu, examiné et commenté par une foule de plus de deux mille personnes de toutes les classes de la société. La plupart se jetaient à genoux, se prosternaient dans la boue, ou levaient les bras au ciel, demandant grâce ou pardon.

Au début le prédicateur ne s'aperçut de rien ; remarquant pourtant une sorte de trouble dans les derniers rangs il crut qu'on ne l'entendait pas et il força la voix. Mais un de ses confrères qui voyait le prodige, fendit la foule et cria de loin au prédicateur : "Marsault ! Marsault ! c'est un miracle, ne parlez plus de la croix lumineuse de Constantin, voyez celle qui paraît au ciel".

Alors le prédicateur se tut et levant les yeux vit le prodige, et comme tout le monde il en demeura tout bouleversé, au point de rester plusieurs minutes plongé dans une profonde stupéfaction mêlée de joie, d'admiration et d'une sorte de frayeur religieuse.

Disparition de la croix

Sans attendre la fin du miracle le prédicateur donna l'ordre de rentrer à l'église pour prier et recevoir la bénédiction du Saint-Sacrement. C'est au moment où tous les fidèles étaient pratiquement rentrés que la croix lumineuse disparue. Le prodige avait duré environ une demi-heure. Ceux qui la virent disparaître témoignèrent que le pied disparut d'abord au point de former une croix grecque, les quatre branches égales, puis d'un coup tout le reste s'évanouit au moment où se terminait la bénédiction donnée à l'intérieur de l'église.

Enquête ecclésiastique à propos de la croix

Le 16 janvier 1827 l'évêque de Poitiers, Mgr de Bouillé, nomma une commission pour informer sur cet événement extraordinaire. Celle-ci interrogea cinquante témoins. Ce n'est que le 28 novembre suivant que parut le mandement de l'évêque de Poitiers concluant formellement au miracle dont voici un extrait :

« L'aveu des savants chrétiens et le silence des savants que l'opinion publique met au rang des incrédules nous ont affermis dans la pensée que l'apparition de la Croix qui a rendu Migné à jamais célèbre, ne saurait être mise au nombre des phénomènes qui étonnent le vulgaire, mais dont les causes sons connues.

Si quelques nuages pouvaient encore rester dans le esprits, ils seraient dissipés par l'autorité du Chef de l'Eglise : "Considérant toutes les circonstances qui environnent cet événements il paraît qu'on ne peut l'attribuer à aucune cause naturelle." Et dans un second bref : "que personnellement, et d'après son jugement particulier, il est persuadé de la vérité du miracle." »

Le Saint Père offrit à l'humble paroisse une croix d'or qui renferme une portion de la vraie Croix sur laquelle le Fils de Dieu est mort pour le salut du monde. De plus il accorde une indulgence plénière aux fidèles qui visiteront l'église de Migné le troisième dimanche de l'Avent, jour fixé pour la commémoraison du miracle.

Agrandissement de l'église

Pour perpétuer le souvenir de ce miracle, l'église de Migné a été agrandie en forme de croix et dédiée sous le nom de sainte-Croix par Mgr de Bouillé, évêque de Poitiers, le 31 mai 1841

En souvenir de ce miracle, une croix, placée horizontalement, fut suspendue à la voûte de l'Eglise du village de Migné. Cette croix, en ex-voto, est en cuivre pur peint en blanc. Elle a été offerte par Mgr de Beauregard, alors évêque d'Orléans, et proche parent du Maire de Migné.

Croix commémorative dans l'église de Migné

Croix commémorative dans l'église de Migné

La croix de Migné est-elle vraiment miraculeuse ?

Certains esprits forts n'ont pas hésité à mettre ce prodige sous le coup d'une illusion collective ; mais une telle objection ne résiste pas à une analyse objective. Les trois points suivants suffisent à eux seuls pour écarter l'illusion collective comme explication :

- le nombre des témoins

- la variété des témoins

- la durée du phénomène

Aucune technique de l'époque ne permet d'expliquer la présence de cette croix horizontale à 45 mètres de hauteur environ dont la forme est bien différente de celle qui venait d'être érigée.

On pourrait évoquer l'illusion diabolique ; mais aucun élément permet une telle supposition. Il ne reste donc que la solution du miracle.

Pourquoi cette croix miraculeuse ?

Il est bien difficile de répondre à question et on ne peut avancer que des hypothèses :

- Dieu voulait honorer une région où la sainte Croix était vénérée depuis des siècles,

- aider au renouveau  de la foi après la tourmente révolutionnaire en encourageant les fidèles par le signe de notre salut présent miraculeusement.

- confirmer l'authenticité de la vision miraculeuse que Constantin a eu lui-même en 312.

Chose étonnante, cette apparition de la croix de Migné a été prophétisé sept avant par l'abbé Souffrant (1755-1828), curé de Maumusson (Loire Atlantique).  La consultation de ce témoignage donnera peut-être des éléments de réponse quant à la raison de la croix miraculeuse de Migné.

Crucifix sur pied

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)