Categories

Grâces obtenues récemment par la Médaille Miraculeuse de la rue du Bac

Publié le : - Catégories : La Médaille Miraculeuse , La Vierge Marie , Tous les articles

La médaille miraculeuse de la rue du Bac fut appelée "miraculeuse" dès le début de sa diffusion parmi les catholiques ; en quelques mois les grâces spirituelles ou corporelles obtenues étaient si nombreuses que les fidèles, dans un élan de ferveur et de joie, la dénommèrent ainsi ; cela  se passait en 1834.

On serait tenté de croire qu'avec le temps, la médaille de la rue du Bac ait perdu de son efficacité. Il est fort possible que les bienfaits obtenus soient moins nombreux, sans doute à cause de la perte de la foi ; peut-être aussi par ce qu'ils sont moins visibles, car selon la pédagogie divine, la sainte Providence favorisent les commencements de ses grandes oeuvres par des faits miracleux plus spectaculaires.

Mais pour éviter de tomber dans une certaine incrédulité envers la Médaille miraculeuse de la rue du Bac, nous vous rapportons ici quelques bienfaits obtenus entre 1990 et 2000 par l'intermédiaire de la médaille miraculeuse.

Une médaille miraculeuse en guise de chimiothérapie

« C'est avec joie et reconnaissance que je vous écris pour vous faire part d'une grande grâce obtenue par la très Sainte Vierge après une neuvaine à la médaille miraculeuse.

J'avais demandé la guérison pour une maman de cinq enfants, atteinte d'un cancer du sein. Eh bien, l'opération s'est bien passée, les tissus étaient propres et maintenant, on ne retrouve plus de cellules cancéreuses ! »

Médaille Miraculeuse

Retour à Dieu grâce à la médaille miraculeuse

« C'est à une grande joie que je viens vous faire participer. Ma fille, depuis bien des années, avait abandonné toute pratique religieuse. Vous imaginez ma souffrance !

Après avoir beaucoup prié, je lui ai offert la médaille miraculeuse. Elle a accepté de la porter. Depuis, elle a repris le chapelet et m'a même demandé de l'emmener à Lourdes. Elle se sait atteinte d'un cancer, et au lieu de se révolter, elle revient à Dieu. Elle m'a même dit que lorsqu'elle pourrait reprendre sa voiture, elle irait à la messe traditionnelle, tous les dimanches.

L'épreuve, le regard maternel de Notre Dame, l'ont ramenée à Dieu. Pour moi, c'est merveilleux, quelle que soit d'ailleurs l'issue de cette maladie. »

Avec une médaille miraculeuse, d'une médaille deux coups

« La très Sainte Vierge protège vraiment ceux qui ont confiance en elle ! Voici quelque temps, j'avais offert à ma belle-fille une médaille miraculeuse. Elle la porte tous les jours ostensiblement, et y est très attachée.

Un jour, inattention ? imprudence ? Je ne sais... Mais elle tombe à la renverse d'une échelle, alors qu'elle y était à une bonne hauteur. De suite l'hôpital ; on pensait à une paralysie. Eh bien non, elle n'a rien eu du tout, pas même de séquelles. Par contre, à l'hôpital on lui a découvert à cette occasion un cancer du sein bien avancé. Il était grand temps de faire l'opération ! Tout s'est très bien passé. Sans cette chute, elle se serait inquiétée trop tard et ne serait plus de ce monde. Cela fait maintenant sept ans que cela s'est passé, et tout va très bien. »

Médaille miraculeuse en argent massif

Une médaille miraculeuse accrochée au lit

« Je remercie la très Sainte Vierge d'avoir obtenu la grâce que maman reçoive les derniers sacrements avant de mourir. Certes, elle avait toujours eu une vie droite, mais ne pratiquait plus depuis longtemps. La sachant très malade, j'avais accroché une médaille miraculeuse à la tête de son lit, et je récitais chaque jour la neuvaine pour elle. »

Conversion d'un vieillard grâce à la médaille miraculeuse

« Je viens vous faire part d'une très grande grâce. Mon père, pourtant très âgé, n'avait de soucis que pour cette terre. Puis un jour, il tombe malade. Alors, après avoir prié, fait pénitence, je lui offre une médaille miraculeuse qu'il accepte volontiers. Je lui demandais seulement de l'embrasser de temps en temps et moi je disais la prière : “Ô Marie, conçue sans péché...” Eh bien, il a reçu les derniers sacrements avant sa mort, et lorsque j'allais le voir, il me parlait du Ciel, de l'éternité. Il était tout à fait résigné ; ce n'était plus le même homme.

Que notre Maman du Ciel soit bénie, elle qui assiste si bien ses enfants au moment de la mort. »

Statue de la Vierge Miraculeuse

Porter une médaille miraculeuse pour faire plaisir

« Ma petite fille avait une mauvaise fréquentation. Que lui dire ? À cet âge-là, ils n'écoutent personne, encore moins une grand-mère. Il faut vivre sa vie ! Mon seul recours, c'était la prière.

Pour son anniversaire, je lui avais offert une médaille miraculeuse, lui demandant que, pour me faire plaisir, elle la porte jour et nuit sur elle. Elle accepta en faisant la moue. Et puis moi, je commençais la neuvaine. Voici que j'apprends qu'elle vient de se séparer définitivement d'avec le jeune homme. Deo gratias ! »

Cette dernière histoire est intéressante car combien de grand-parents se lamentent de voir leurs petit-enfants tourner mal, abandonner la pratique religieuse. Comme cette grand-mère ayons confiance en la puissance de la Vierge Marie par l'intermédiaire de la Médaille Miraculeuse !

Voir nos médailles miraculeuses

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)