Categories

Recherche dans le blog

La prééminence de saint Joseph, époux de Marie, sur tous les saints

Icône de saint Joseph - Mont des Oliviers

Dans l'Evangile de saint Luc  (V, 28) et dans celui de saint Matthieu (XI, 11), Jésus rend se témoignage au sujet de saint Jean-Baptiste :

"Il n'a été suscité parmi les fils de la femme personne de plus grand que Jean, le Baptiste ; mais le moindre dans le royaume des Cieux est plus grand que lui." De cette parole beaucoup en conclurent que Jean-Baptiste est le plus grand saint de tous les temps, après la sainte Vierge. Mais avec le développement de la dévotion envers saint Joseph, à partir du XVe avec Gerson, et surtout au XVIe avec sainte Thérèse d'Avila, les théologiens placent l'Epoux de Marie au dessus de saint Jean-Baptiste. Comment concilier cette affirmation de la joséphologie avec la parole du Christ citée plus haut ?

Les théologiens et les saints en faveur de la prééminence de saint Joseph

 Saint Bernardin de Sienne et le chancelier Gerson (XVe s.) font partie des premiers qui ont défendu cette prééminence. A partir du XVIe s. cette opinion devient plus courante.  Elle est admise par sainte Thérèse d'Avila, saint François de Sales, Suarez, plus tard par saint Alphonse de Liguori, etc..

Le pape Léon XIII confirme cet enseignement

Citons un passage de l'encyclique "Quanquam pluries" :

"Certes, la dignité de Mère de Dieu est si haute qu'il ne peut être créé rien au-dessus. Mais, toutefois, comme Joseph a été uni à la bienheureuse Vierge par le lien conjugal, il n'est pas douteux qu'il n'ait approché plus que personne, de cette dignité suréminente par laquelle la Mère de Dieu surpasse de si haut toutes les natures créées."

Saint Joseph dans la liturgie

On trouve une confirmation de cette prééminence dans certaines prières  :

- dans l'oraison A cunctis il est nommé immédiatement après Marie et juste avant les apôtres.

- Dans le canon de la messe il est aussi mentionné juste après la sainte Vierge.

- il possède une préface propre, et le mercredi est un jour qui lui est consacré avec une messe votive.

- le mois de mars est le mois de saint Joseph

Livre de saint Joseph, époux de Marie

Raison de cette prééminence

Pour expliquer cette première place de saint Joseph, il suffit de consulter les écrits des saints  et à la lecture de leurs textes le principe de cette prééminence peut s'exprimer ainsi : "Une mission divine exceptionnelle requiert une sainteté proportionnée".

C'est pour cette raison que l'âme du Christ unie personnellement au Verbe divin, source de toute grâce, a reçu la plénitude absolue de grâce dès le premier instant de sa conception . La grâce en Lui ne pouvait pas augmenter.

C'est pour la même raison que la sainte Vierge, appelée à être la Mère de Dieu, a reçu dès l'instant de sa conception une plénitude initiale de grâce, qui dépassait déjà la grâce finale de tous les saints réunis.

Ainsi ce principe explique la prééminence de saint Joseph sur tous les saints.

Il faut remarquer aussi que les oeuvres de Dieu qui relèvent immédiatement de lui sont parfaites. Cela se vérifie principalement quand Dieu choisit lui-même exceptionnellement et immédiatement des grands serviteurs, surtout pour une mission divine. Dans le cas de saint Joseph, sa mission est unique au monde dans toute la suite des temps. Dans les choix de Dieu, il ne saurait se trouver aucune erreur. Lorsqu'il choisit une personne, celle-ci à la sainteté idoine. Ainsi saint Joseph a dû recevoir une plénitude relative de grâce proportionnée à sa mission puisqu'il fut directement et immédiatement choisi par Dieu.

l'ordre de la grâce et l'ordre hypostatique 

C'est le cas aussi de saint Jean-Baptiste, choisi directement par Dieu mais pour une mission seulement de l'ordre de la grâce : préparer les voies du salut.

Mais la mission de saint Joseph dépasse l'ordre de la grâce, et elle confine par son terme à l'ordre hypostatique (l'union de la nature divine et de la nature humaine dans la deuxième personne de la sainte Trinité) constitué par le mystère de l'Incarnation. Qu'est-ce que cela signifie ?

A l'ordre hypostatique se termine la mission unique de Marie, la maternité divine, c'est-à-dire, le fait d'être mère d'un Fils qui est Dieu ; Marie avait comme mission d'enfanter le Christ. En un sens il en est de même pour saint Joseph mais d'une manière cachée, car sa mission consistait à subvenir au besoin du Fils de Dieu et de sa divine Mère ; sa mission ne consiste pas à se mettre au service des hommes, à préparer le chemin au Christ mais à se mettre uniquement au service de Jésus :

"Il est le serviteur fidèle et prudent  que le Seigneur a constitué comme le soutien de sa Mère, le père nourricier de sa chair, et le seul coopérateur très fidèle sur terre du grand dessin de ." (saint Bernard).

Statue de saint Joseph

Limite de cette participation à l'ordre hypostatique

Saint Joseph appartient en un sens à l'ordre hypostatique par son terme, mais cela ne signifie pas que saint Joseph ait intrinsèquement coopéré, comme instrument physique de l'Esprit-Saint à la réalisation du mystère de l'Incarnation ; de ce point de vue son rôle est très inférieur à celui de Marie, Mère de Dieu ; mais enfin il a été prédestiné à être, dans l'ordre des causes morales, le gardien de la virginité et de l'honneur de Marie, en même temps que le père nourricier et le protecteur du Verbe fait chair. Ainsi c'est une coopération extrinsèque, moraleet médiate (par Marie), qui est encore pourtant une vraie coopération.

Saint Joseph et l'Incarnation

La prédestination de Joseph ne fait qu'un avec le décret de l'Incarnation. Encore faut-il bien comprendre ce qu'on entend par le décret de l'Incarnation. Il ne s'agit pas du décret en général mais pris dans sa réalisation concrète avec toutes ses circonstances particulières. Ainsi Joseph a été prédestiné, choisi d'avance, à être le père nourricier du Verbe fait chair avant d'être prédestiné à la gloire. Cette antériorité s'appuie sur le fait que la prédestination du Christ comme homme à la filiation divine, qui se réalise par l'Incarnation, est antérieure à celle de tout homme élu, car le Christ est le premier des prédestinés. Dans la prédestination du Christ à la filiation divine est incluse la prédestination de Marie à la Maternité divine et celle de saint Joseph à être le père nourricier et le protecteur du Fils de Dieu fait homme. Cette antériorité n'est pas seulement temporelle, mais elle inclut aussi une supériorité de dignité en raison de la supériorité de la prédestination à la Filiation divine sur la prédestination à la gloire et à la grâce. En d'autres termes saint Joseph a été prédestiné au plus haut degré de gloire après Marie, et ensuite au plus haut degré de grâce et de charité, parce qu'il était appelé à être le digne père nourricier et protecteur de l'Homme-Dieu.

Ainsi, la vocation de saint Joseph, menée dans le silence et l'obscurité, dépasse celle de saint Jean-Baptiste, celle des apôtres parce qu'elle touche de plus près au mystère de l'Incarnation rédemptrice.

Icône de saint Jean-Baptiste (Joëlle Dalle)

Mission de saint Jean-Baptiste

Si saint Joseph est le plus grand des saints comment alors comprendre la parole du Christ rappelée au début de cet article ?

Ce jugement du Christ a bien évidemment suscité des discutions entre exégètes catholiques. En résumé, avec la plupart des commentateurs, il faut reconnaître qu'ici Jésus-Christ ne parle de Jean-Baptiste qu'en fonction de sa mission prophétique, qui clôt l'Ancien et annonce le Nouveau Testament. C'est donc en tant que représentant de l'Ancienne Loi, dont il est le dernier prophète, que Jean-Baptiste est proclamé le plus grand des hommes ; sa valeur personnelle, sa sainteté, ses vertus individuelles sont hors de cause.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire