Categories

D'où viennent les différentes prérogatives de saint Joseph, époux de Marie ?

Publié le : - Catégories : Saint Joseph , Tous les articles

Saint Joseph aux colombes

Soeur Maria Cecilia Baij, religieuse bénédictine du Saint-Sacrement, du monastère San Pietro à Montefiascone en Italie a écrit en 1736 la vie de saint Joseph, sous l'inspiration de Jésus-Christ lui-même. Son récit est principalement centré sur la vie intérieure de saint Joseph. Cette oeuvre est avant tout un ouvrage spirituel plutôt qu'historique. Sa lecture, qui fait naître dans l'âme une grande admiration et vénération envers saint Joseph époux de Marie et père putatif de Jésus, donne des lumières intéressantes sur les différents patronages attribués à ce grand saint.

Saint Joseph, le Patron de la bonne mort

Au jour de la présentation de saint Joseph au  temple, le prêtre recommanda aux parents d'élever le petit Joseph avec grande joie et de prendre un soin particulier a son éducation, parce qu'il avait comprit que ce bébé était cher à Dieu, qu'il serait un grand homme et apporterait bonheur et réconfort à quiconque  traiterait avec lui... 

Et la religieuse d'ajouter : "Dieu en effet, l'a destiné à être notre avocat à l'heure de la mort, on l'appelle "patron des mourants", car il donne, à tous ceux qui lui sont dévots, un grand réconfort et une paix profonde au moment de l'agonie."

Cette réflexion de la religieuse a un côté un peu artificiel car la parole du prêtre ne fait pas allusion à la mort, mais c'est l'auteur qui fait le lien comme pour justifier après coup ce titre de Patron de la bonne mort.

Mais plus loin, la religieuse a tout un chapitre consacré à l'affection et compassion particulières de saint Joseph pour les mourants et comment il les assistait à leur ultime agonie.

A cette occasion l'auteur révèle la grande intimité que saint Joseph avait avec un Ange, sans doute son Ange gardien ou saint Raphaël selon certains, qui l'instruisait très souvent par des songes durant son sommeil. Ainsi l'Ange lui révéla le grand danger dans lequel se trouvent les mourants et la nécessité qu'ils ont d'être aidés dans le dernier combat contre l'ennemi du genre humain et les démons qui font tous leurs efforts pour gagner  et conduire les âmes aux peines éternelles. Au même moment Dieu infusait dans le coeur de saint Joseph une compassion et une charité très grandes envers les mourants. Nous voyons donc que ce patronage, saint Joseph l'a exercé dès son vivant avec un grand succès pour la plus grande fureur des démons. Nous pouvons aussi en bénéficier.

Toutes ces considérations ne doivent pas nous faire la raison la plus obvie et mise en à avant par l'autorité ecclésiastique pour justifier ce patronage : saint Joseph est mort entouré de Jésus et de Marie. Peut-on espérer une plus belle mort ? 

Mort de saint Joseph

Saint Joseph, terreur des démons

Cet office de consolateur des mourants met en valeur une autre prérogative de saint Joseph : sa puissance contre les démons. Ils étaient fou de rage à cause de cet office de grande charité et ils s'en prirent directement au saint. Mais avec l'aide de son Ange saint Joseph triompha  des démons, ne se laissa pas intimider et n'abandonna pas son activité charitable.

La puissance de saint Joseph contre les démons ne vient pas uniquement de cette oeuvre de charité, mais remonte à son enfance. En effet l'ennemi infernal s'aperçut de la lumière spéciale qui resplendissait en Joseph. Nous n'avons pas a nous étonné d'une telle prérogative compte tenu de la mission qui échut à saint Joseph : père putatif du Fils de Dieu incarné. Le diable donc essaya de lui ôter la vie, mais ses attentats échouèrent à chaque fois, car Joseph était défendu par le bras tout-puissant de Dieu et gardé par les deux Anges que Dieu lui avait assignés. L'Ange destiné à lui parler dans son sommeil avertissait aussi saint Joseph de tout ce qu'il devait faire pour abattre l'ennemi infernal. Comme saint Joseph alliait à la prière le jeûne, ses supplications avaient une grande force et étaient très efficaces auprès de Dieu. Si dès cette vie terrestre il était ainsi exaucé, qu'est-ce donc au Ciel ?

Icône de saint Joseph

Saint Joseph, gardien des vierges

Il fut tenté par l'ennemi de toutes les manières. Uniquement contre la pureté le diable n'eut pas permis de le faire, et le démon en frémissait. Une fois il fut avisé par son Ange pendant le sommeil d'ajouter le jeûne à l'oraison. Il le fit avec une grande vigueur, il jeûnait souvent et affligeait sa chair qui ne se rebella jamais contre l'esprit, et avec ces armes il fracassait la tête de l'ennemi infernal.

Si, en matière de pureté saint Joseph jouissait d'une protection spéciale de Dieu, de son côté il gardait avec une forte rigueur tous ses sens et en particulier ses yeux, avec lesquels il ne fixa jamais personne sur le visage, surtout de sexe différent, sachant comment David et d'autres étaient tombés pour avoir été curieux de regarder ce que l'on doit fuir.

Saint Joseph, sous l'inspiration de Dieu, fit voeu de virginité. Mais il fut mis à rude épreuve car sa famille tenait absolument à le marier et tout était déjà arrangé. Lorsqu'on lui montra l'épouse qui lui était destinée, il s'enfuit à toute vitesse alla au temple et supplia Dieu de le libérer de cette grave persécution. Dieu le consola en lui assurant qu'il ne serait plus éprouvé en cela. La nuit suivante l'Ange lui apparut en sommeil, lui ratifia ce que Dieu lui avait promis et lui assura que son Dieu avait beaucoup apprécié de le voir si constant et ferme dans la promesse qu'il Lui avait fait de consacrer sa virginité.

Par la suite Dieu donna à Satan la permission d'éprouver saint Joseph par toutes sortes de tentations, pour augmenter ses mérites à l'exception de celle contre la pureté.

Ces épisodes de la vie de saint Joseph nous montre la grande chasteté de saint Joseph et combien nous devons avoir recours à son aide quand nous sommes tentés contre la vertu de chasteté.

Cette grande pureté de saint Joseph eut son couronnement au moment de son mariage où il fut donné à Marie comme gardien de sa virginité.

Saint Joseph au Lys

Saint Joseph consolateur des affligés et Espérance des malades

Dieu avait doté l'époux de Marie d'une façon merveilleuse de consoler les affligés et les malades.

Ces deux titres (en latin solatium miserorum et spes aegrotantium) se trouve dans les litanies de saint Joseph. Ils correspondent bien a l'attitude de saint Joseph vis à vis des malades comme le raconte Soeur Maria Cecilia Baij : "Dieu l'avait en plus doté d'une façon merveilleuse de consoler les affligés". En effet par ses prières adressées à Dieu et par ses paroles très suaves ils consolaient grandement les affligés et les souffrants, à tel point que le bruit se répandit dans le pays et beaucoup de gens venaient souvent chez lui pour l'entendre parler et se faire consoler.

Médaille de saint Joseph

Tous ces privilèges ou charismes de saint Joseph doivent nous encourager à avoir recours à lui avec une grande confiance : "au Ciel, affirme Soeur Maria Cecilia, il jouit d'une gloire inénarrable et supérieure à tous les autres saints, laquelle gloire ne peut se manifester au monde, parce que l'entendement humain n'est pas capable de la comprendre, mais les bienheureux la comprendront bien et en seront émerveillés pour toute une éternité."

Cette vie de saint Joseph par Soeur Maria Cecilia Baij, mérite d'être lue. On peut se demander d'où la religieuse tire-t-elle ces informations. Voici ce quelle écrit dans le dernier paragraphe de son livre : "J'ai écrit par obéissance sans avoir jamais rien entendu dire ou lu sur ce saint, ni médité ni pensé, mais ce qui m'a juste été suggéré pendant l'acte même d'écrire."

Un autre aspect bien mis en valeur par cette vie de saint Joseph, c'est sa très éminente sainteté. Cela mérite un autre article.

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)