Categories

Recherche dans le blog

Pourquoi Marie est l'Immaculée Conception ?

Petit office de l'Immaculée Conception

L'immaculée Conception, racine de tous les dons

Lorsque à Lourdes la sainte Vierge se nomme L'Immaculée Conception, avec l'article défini, elle signifie implicitement qu'elle est la seule à jouir de ce privilège. Celui-ci est en quelque sorte le fondement de tous les autres grâces, Maternité divine, virginité, sainteté plus qu'éminente. Car, dans la mesure où Marie a été immaculée dans sa conception, qu'elle a été absolument préservée du péché originel, son âme était absolument pure et toute disposée à recevoir les dons surnaturels les plus grands dont une créature rationnelle est capable.

Sainteté proportionnée à la mission

La sublimité de cette dignité ne doit pas nous étonner, car lorsque Dieu choisit par lui-même une créature pour une fonction spéciale il la dispose d'avance, et la prépare, à remplir dignement le ministère auquel il l'a destinée. Or Marie a été choisie par la sainte Trinité pour être la Mère de Dieu. Peut-on imaginer une dignité plus grande pour une créature ?

Dieu avait choisi de se faire homme et de demeurer dans le sein d'une Vierge. De celle-ci Il recevra la croissance de la vie.

Pour faire son choix de la Vierge qui devait enfanter l'Enfant divin, Dieu n'a pas regardé parmi les vierges laquelle était la plus sainte, la plus pure. Non, il a créé une Vierge telle qu'elle devait être pour être une digne Mère de Dieu. Or compte tenu de la grandeur de la divinité, Dieu s'est dû de combler l'âme de cette Vierge de toutes les grâces les plus élevées, les plus sublimes. Pour cela, sa Mère devait être immaculée conception, c'est-à-dire, exemptée de la tache originelle, ce qui entrainait nécessairement la possession de la grâce sanctifiante, avec tout le cortège de vertus et dons surnaturels, qui l'accompagnent et à un degré sublime.

Visage de la statue de l'Immaculée Conception

La Vierge Marie, rachetée par son divin Fils

L'Eglise ne dit pas que les lois de la génération humaine on été modifiées pour Marie, mais, purement et simplement, qu'à l'instant même où Marie est devenue, dans le sein de sa mère, par l'infusion d'une âme, une personne humaine, elle a reçu cette beauté supérieure, cette vie divine de la grâce, que nous ne recevons qu'au baptême.

Pour autant, la sainte Vierge tient ce privilège des mérites de son Fils, de sa Passion rédemptrice ! Car c'est en prévision de mérites de la mort du Christ que Marie a été non pas réparée, libérée de l'esclavage du démon, purifiée du péché, mais préservée de la souillure originelle. Elle fait donc partie  de la multitude des rachetées mais d'une manière spéciale. Pour elle, la rédemption n'est pas celle qui délivre des captifs, mais celle qui empêche de tomber dans les chaînes. Les mérites de la Rédemption lui furent appliqués, non seulement avec une surabondance ineffable, mais avant toute domination du péché, avant toute mort à la grâce. Ainsi la sainte Vierge est la créature humaine qui a le plus de raisons de chanter les miséricordes de Dieu : Magnificat anima mea Dominum !

La grande convenance du privilège de l'Immaculée Conception

Quand on réfléchit un peu au rôle de Marie, à sa mission, à sa dignité de Mère de Dieu, il parait tout à fait convenable qu'elle était préservée du péché originel. Dieu, pouvait-il laisser un seul instant sous l'empire du démon, celle qu'il avait créée pour en écraser la tête ? Pouvait-elle avoir la moindre souillure, cette femme, dans le sein de laquelle, le Saint-Esprit, par son opération divine, fit concevoir Celui dont il procède lui-même ?

Celle qui est Reine des Anges immaculés, pouvait-elle avoir quelques souillures ?

Comment donc Jésus-Christ, qui nous a tant recommandé d'honorer nos parents, ne l'aurait-il pas fait lui-même, en procurant, à sa Mère, l'exemption de tout péché ?

L'honneur des parents comme leur déshonneur rejaillit sur leurs enfants ; par conséquent il ne convenait pas que le Rédempteur parfait eut une Mère qui ait été conçue dans le péché.

Office grégorien de l'Immaculée Conception

Universalité de la croyance en l'Immaculée Conception

Même si ce dogme est récent, puisqu'il a été défini solennellement par le pape Pie IX le 8 décembre 1854, il a été cru, par l'ensemble de l'Eglise, depuis ses origines :

Saint Justin, saint Irénée, Tertulien opposent Eve, cause de la mort, à Marie, cause de la vie et du salut. Cette antithèse est constamment reprise par les Pères.

- Saint Ephrem : "Elle seule, mère de la vie, partage avec Eve, mère de la mort, le privilège de l'innocence originelle". (Sermo exige. ad Genesim)

- Saint Ambroise "Marie est exempte de toute tache" (In Psalm. 98,  serm. 22)

- Saint Augustin : " On ne doit jamais énoncer son nom quand il s'agit du péché" (De natura et gracia, ca. 36, n. 42)

- saint Jean Damascène : "La nature s'est arrêtée tremblante, attendant que la grâce eût produit en elle son effet." (Orat. 4 de Virgine Maria)

Depuis le VIIe et le VIIIe s. on célèbre dans l'Eglise en de nombreux endroits, surtout dans l'Eglise grecque, la fête de la Conception de la Bienheureuse Vierge Marie. Beaucoup d'autels furent dédiés à Marie sous le titre d'Immaculée, comme celui de la Sainte Vierge le fut à Saint-Sulpice au moins depuis M. Olier, au XVIIe s.. La sainte Vierge elle-même avant que le dogme ne soit défini, a demandé en 1830, sans que cela fasse de difficultés, la frappe de la Médaille Miraculeuse avec la mention : "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous !" C'est dire que ce privilège était bien admis par l'Eglise.

On pourrait continuer encore à citer beaucoup de témoignages, mais il faut se limiter.

Carte-Prière de l'Immaculée Conception

Des théologiens hésitants

Même si au Moyen Age, XIIe s. et XIIIe s., de grands docteurs (saint Bernard, saint Anselme, saint Albert le Grand, saint Bonaventure, saint Thomas) paraissent peu favorables au privilège parce qu'ils ne voyaient pas que, grâce à l'idée de rédemption préservatrice, Marie, qui devait encourir la  tache héréditaire, ne l'a pas encourue de fait. Par la suite, cela a jeté un peu la confusion parmi les théologiens, mais le simple peuple n'hésita pas et resta ferme dans la croyance en l'Immaculée Conception de Marie.

Je vous salue Marie pleine de grâces

Jamais aucun péché actuel, comme l'affirme le concile de Trente (Sess. VI, can. 23), pas même la moindre défaillance vénielle, pas même la plus petite imperfection, ne la rendit moins agréable aux yeux de Dieu.

Dès l'origine, la Très Sainte Vierge a reçu une telle plénitude de lumière, et de grâce surnaturelle, que non seulement elle n'a pas péché, mais elle était confirmée en grâce, c'est-à-dire, elle ne pouvait même pas pécher. Ainsi la sainte Vierge, c'est la sainteté totale.

La salutation angélique est le principal fondement scripturaire en faveur de l'Immaculée conception de Marie. Si Notre-Dame n'avait pas ce privilège elle ne pourrait pas être dite pleine de grâces, car il lui manquerait la grâce de l'immaculée conception. Ainsi dans la prière du chapelet nous devons redire avec une grande allégresse, une grande reconnaissance ces mots "pleine de grâces", et comme dit saint Bernard : Marie a trouvé pour nous la grâce ; pleins de confiance nous devons donc aller vers elle pour recevoir cette grâce.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire