Categories

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et les roses

Publié le : - Catégories : Anges et saints , Tous les articles

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Bannière de canonisation

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Bannière de canonisation

La rose joue un rôle important dans l'iconographie consacrée à Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. Tout le monde connait ces statues où la sainte de Lisieux tient contre sa poitrine un crucifix qu'elle couvre de roses tout en les effeuillant.

Ce symbole fut comme officialisé en 1912 dans un dessin réalisé par soeur Geneviève. A partir de 1925 ce portrait, repris en couleur, fut largement diffusé sous forme d'images et de cartes postales. Mais quelle est la signification des roses ? Pour répondre à cette question, le mieux est de se reporter aux écrits de la sainte carmélite et de repérer des passages significatifs où elle parle de cette fleur.

La rose dans les poésies de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

Deux poésies ont comme thème central la rose :

 "Jeter des Fleurs" composée le 28 juin 1896.

Arrêtons-nous à la première strophe :

Jésus, mon seul Amour, au pied de ton Calvaire

Que j'aime chaque soir à te jeter des Fleurs !...

En effeuillant pour toi la rose printanière            

Je voudrais essuyer tes pleurs......

"une Rose effeuillée" écrite le 19 mai 1997

Lisons la deuxième strophe :

CETTE ROSE EFFEUILLEE, c'est la fidèle image

Divin Enfant

Du coeur qui veut pour toi s'immoler sans partage

A chaque instant.

Seigneur, sur tes autels plus d'une fraîche rose

Aime à briller

Elle se donne à toi...  mais je rêve autre chose :

« C'EST M'EFFEUILLER !... »

Pour Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus la rose effeuillée est le symbole de l'âme qui se sacrifie, s'immole, se consume d'amour pour son bien aimé qui est Jésus, pour le consoler. Elle veut s'effeuiller totalement pour le Christ, c'est-à-dire aller jusqu'au bout du don de soi, du sacrifice. Il n'y a pas de plus  grand amour que de données sa vie pour ceux qu'on aime, a dit Jésus.

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus aux Anges

Des roses pour Jésus

Dans le manuscrit B, écrit en septembre 1896, nous retrouvons les mêmes idées exprimées d'une manière plus explicite :

Je n'ai d'autre moyen de te prouver mon amour, que de jeter des fleurs, c'est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, aucun regard, aucune parole, de profiter de toutes les plus petites choses et de les faire par amour... Je veux souffrir par amour et même jouir par amour, ainsi je jetterai des fleurs devant ton trône; je n'en rencontrerai pas une sans l'effeuiller pour toi... puis en jetant mes fleurs, je chanterai, (pourrait-on pleurer en faisant une aussi joyeuse action?) je chanterai, même lorsqu'il me faudra cueillir mes fleurs au milieu des épines et mon chant sera d'autant plus mélodieux que les épines seront longues et piquantes. Jésus, à quoi te serviront mes fleurs et mes chants?..... Ah! je le sais bien, cette pluie embaumée, ces pétales fragiles et sans aucune valeur, ces chants d'amour du plus petit des coeurs te charmeront, oui, ces riens te feront plaisir, ils feront sourire l'Eglise Triomphante, elle recueillera mes fleurs effeuillées par amour et les faisant passer par tes Divines Mains, ô Jésus, cette Eglise du Ciel, voulant jouer avec son petit enfant, jettera, elle aussi, ces fleurs ayant acquis par ton attouchement divin une valeur infinie, elle les jettera sur l'Eglise souffrante afin d'en éteindre les flammes, elle les jettera sur l'Eglise combattante afin de lui faire remporter la victoire!...

Dans cette citation le mot "fleurs" est employé alors que le mot "rose" est absent. Mais pour Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus ce mot fleur est quasiment synonyme de rose ; car d'une part, dans la première poésie citée plus haut, la Sainte de Lisieux emploie indifféremment rose et fleur ; et d'autre part, elle parle d'épines. Quand les mots fleur et épines sont associés on pense naturellement à la rose. Ainsi Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus est bien consciente qu'avec les roses tout n'est pas rose !

Rose et amour

Puisque la rose symbolise l'amour, il est tout naturel que Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus s'en empare pour signifier son amour immense qu'elle a pour Jésus. Cela ressort bien du texte cité ci-dessus. Pour Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus chaque pétale représente un acte d'amour. Une petite scène survenue quinze jours avant sa mort, illustre bien ce symbolisme : on venait de lui apporter une rose ; elle l'effeuilla sur son Crucifix avec beaucoup de piété et d'amour, prenant chaque pétale et en caressant les plaies de Notre Seigneur. La sainte accompagna son geste de ces paroles :"Au mois de septembre la petite Thérèse effeuille encore à Jésus la "rose printanière pour essuyer ses pleurs". Et comme les pétales glissaient à terre : "Ramassez bien ces pétales, mes petites soeurs, ils vous serviront à faire des plaisirs plus  tard". Avec cette dernière réflexion nous sommes passés  au deuxième sens du symbolisme de la rose.

Les roses de saint Louis de Gonzague

Trois mois avant de mourir, en juin 1897, Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus prenait encore ses repas au réfectoire. A ce moment là, on lisait la vie de saint Louis de Gonzague. L'auteur mettait en valeur la fécondité de la vie posthume de ce jésuite mort à vingt-trois ans. Le 9 juin la lecture raconta l'histoire d'un chanoine allemand que l'on croyait mourant et qui fut subitement guéri grâce à l'intercession du jeune jésuite. Et juste avant sa guérison, il avait vu dans son comas saint Louis lui apparaître et faire pleuvoir sur son lit "une pluie de roses", annonciatrice de sa guérison imminente. Après le repas, pendant la vaisselle, Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, le coude appuyé sur une table, se mit à dire sérieusement à sa soeur Marie du Sacré-Coeur  : "Moi aussi, après ma mort, je ferait pleuvoir des roses " ! Sur le moment, la marraine de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus ne prêta pas attention à la réflexion de sa filleule.

Pluie de roses

Pluie de roses

Mais des années plus tard, lorsque des grâces et des miracles commencèrent à se produire suite à une neuvaine adressée à sa petite soeur, elle se rappela la promesse qu'elle avait faite incidemment trois mois avant sa mort et on appela toutes ces faveurs "Pluies de roses". c'est même le titre que donnèrent les carmélites de Lisieux aux sept volumes qu'elles éditèrent successivement pour les faire connaître. 

Le crucifix sous les roses

Statue  de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

Sur cette représentation de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus le crucifix semble disparaître sous une avalanche de roses, donnant l'impression que ce symbole cache la croix, il n'en est rien ; cette abondance de fleurs rappelle la générosité avec laquelle Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus voulait rendre amour pour amour à Jésus son époux bien-aimé. Cette générosité souriante, la rose en est bel et  bien le symbole.

Mgr Guy Gaucher, dans sa vie de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, écrit en note à propos du passage du manuscrit B que nous avons cité un peu plus haut :

"On peut ici constater combien toute une iconographie a trahi la pensée de Thérèse en la représentant jetant des roses directement sur la terre." (p. 478)

Cette remarque est un peu excessive car l'épisode de saint Louis de Gonzague montre bien que les roses jetées sur la terre font aussi partie de la pensée de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. En fin compte cette pluie de roses correspond bien a un désir profond de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus quand elle disait qu'elle veut passer son ciel à faire du bien sur la terre.

Des roses d'abord pour Jésus et puis pour les fidèles

Mais il faut remarquer que ce thème de "semeuse de roses" à trop souvent éclipsé dans la piété populaire celui de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus "lançant vers Jésus des pétales de rose" en signe d'amour et cela au milieu des souffrances. N'oublions pas ce qu'elle disait le 13 juillet 1897, deux mois avant sa mort : "Ne croyez pas que lorsque je serai au Ciel je vous ferai tomber des alouettes rôties dans le bec... Ce n'est pas ce que j'ai eu ni ce que j'ai désiré avoir. Vous aurez peut-être de grandes épreuves, mais je vous enverrai des lumières qui vous les feront apprécier et aimer. Vous serez obligées de dire comme moi : Seigneur, vous nous comblez de joie par tout ce que vous faites. »

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus - pluie de roses

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

1 commentaires

Tatou


16/11/2019 15:45:31

Pourquoi sainte Thérèse porte des roses