Categories

Recherche dans le blog

Les vicissitudes de la statue de l'Enfant Jésus de Prague

Dans un précédent article nous avons vu comment les religieux Carmes de Prague reçurent une statue de l'Enfant Jésus.

Bienfaits obtenus par l'Enfant Jésus

Confiant en la parole de la princesse, les Carmes placèrent la statue de l'Enfant Jésus de Prague sur l'autel de l'église de leur couvent. La faveur divine ne se fit pas attendre. Les aumônes arrivèrent en abondance et l'extrême pauvreté cessa. Des grâces nombreuses furent obtenues. Les novices furent les premiers et les plus fervents à honorer l'Enfant Jésus de Prague. Parmi eux, ce distingua le Frère Cyrille qui était déjà prêtre. Il en reçut une grande faveur et par reconnaissance devint l'apôtre et le propagateur de cette dévotion.

Eglise Notre-Dame des Victoires à Prague

l'église Notre-Dame des victoires à Prague où actuellement est vénéré l'Enfant Jésus

Source de l'image : http://praguemylove.blogspot.fr/2010/12/infant-jesus-of-prague-whole-of-our.html

Les vicissitudes de la statue de l'Enfant Jésus

Malheureusement, deux ans après, la guerre reprit avec son cortège de misères. Les supérieurs des Carmes crurent bon de transférer le noviciat à Münich ; la statue de l'Enfant Jésus de Prague perdit ses adorateurs et la dévotion tomba peu à peu dans l'oubli ; alors les Carmes furent accablés d'épreuves. La pauvreté revint dans les couvents. Prague tomba aux mains des protestants qui saccagèrent le couvent, profanèrent la statue de l'Enfant Jésus de Prague et la jetèrent derrière l'autel. Quand, en 1632, l'empereur chassa les protestants de Prague, les religieux Carmes revinrent, mais ils ne pensèrent pas à remettre l'Enfant Jésus de Prague à sa place et la statue tomba dans l'oubli. La misère régnait dans le couvent des Carmes et les épreuves se succédèrent les unes aux autres. En 1634, les protestants Suédois menacèrent une nouvelle fois Prague, les religieux Carmes, pour la deuxième fois prirent la fuite. La paix signée en 1635 rendit le calme au pays et les Carmes revinrent à Prague, mais l'Enfant Jésus restait toujours derrière l'autel couvert de poussières et enfoui sous des débris. Les épreuves continuèrent donc pour les Carmes : aucun supérieur ne se maintenait dans sa charge, aucun maître des novices n'achevait son temps.

Statue de l'Enfant Jésus de Prague

Renouveau pour la statue de l'Enfant Jésus de Prague

C'est alors que le Père Cyrille revint à Prague en 1637. A ce moment la Bohême était de nouveau menacée. Tout était à craindre pour le pays et la religion. Le Prieur des Carmes ordonna des prières et des pénitences. Voyant l'état lamentable de la situation, le Père Cyrille parla au Prieur de la statue de l'Enfant Jésus de Prague qu'il ne pouvait pas oublier en raison des grâces qu'il avait obtenues. Il obtint du prieur la permission de faire des recherches et la statue fut retrouvée derrière l'autel sous des décombres à l'endroit où les hérétiques l'avait jetée. Les mains étaient brisées, c'etait déjà beaucoup qu'elle ne fut pas entièrement détruite !

Une fois remise à sa place d'honneur l'Enfant Jésus de Prague montra bientôt sa puissante protection. L'ennemi leva le siège alors que rien n'aurait pu les empêcher de prendre la ville, et la prospérité revint pour le couvent des Carmes.

Dernière épreuve de la statue de l'Enfant Jésus de Prague

Mais l'Enfant Jésus de Prague n'avait toujours pas retrouvé ses mains. Le Père Cyrille reçut des voies intérieures qui lui demandaient de rendre des mains à l'Enfant Jésus de Prague. Il en parla à ses supérieurs qui ne voulurent rien faire. Alors des calamités s'abattirent sur le couvent. Le Prieur reconnaissant son erreur, s'humilia et promit de tout mettre en oeuvre pour propager la dévotion à l'Enfant Jésus de Prague. Les aumônes revinrent abondantes au couvent. Et la divine Providence suscita un homme de bien qui, après des faveurs reçues de l'Enfant Jésus de Prague, fit les frais de la réparation des mains de l'Enfant Jésus de Prague.

Les Carmes comprirent une fois pour toute que le Sauveur désirait être honoré par cette statue de l'Enfant Jésus et il ne manquèrent pas de la vénérer.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire