Categories

Pourquoi porter la Médaille Miraculeuse ?

Publié le : - Catégories : La Médaille Miraculeuse , La Vierge Marie , Tous les articles

Médaille miraculeuse en or massif

Popularité de la MEDAILLE MIRACULEUSE

La Médaille Miraculeuse est sans doute la médaille religieuse la plus connue, la plus répandue : en 1876, à la mort de sainte Catherine Labouré, plus d'un milliard de médailles miraculeuses avaient déjà été distribuées. les médailles miraculeuses sont en vente dans toutes les boutiques religieuses comme sur notre site : Médailles religieuses de la sainte Vierge Marie

Sa popularité provient des innombrables grâces et bienfaits temporels accordés à ceux qui portent cette médaille. Deux ans à peine après les premières diffusions, en 1834, la médaille était surnommée "miraculeuse" par le peuple parisien à la vue de tant de merveilles obtenues par son intermédiaire. Depuis, ce nom de Médaille Miraculeuse lui est resté ; il est devenu comme un nom propre. Mais avec le temps et avec l'habitude il est possible que nous ayons oublié la valeur de cette Médaille.

Dans cet article nous vous proposons de redécouvrir la Médaille Miraculeuse en partant de trois points :

- Un rappel historique des apparitions de la Vierge à sainte Catherine Labouré

- la description de la Médaille Miraculeuse

- les prières liturgiques approuvées par l'Eglise en l'honneur de la Médaille Miraculeuse.

De là nous pourrons répondre à la question : pourquoi porter la Médaille Miraculeuse ? 

Eléments historiques sur la MEDAILLE MIRACULEUSE

La révélation de la Médaille Miraculeuse en 1830

Première vision de Marie par Sainte Catherine Labouré

Sainte Catherine Labouré, née à Fin-les-Moustiers, village pas très loin de notre abbaye, est rentrée chez les Filles de la Charité le 21 avril 1830.

La première apparition de la sainte Vierge eu lieu le 18 juillet de la même année. A cette occasion la Mère de Dieu lui donna quelques recommandations, lui annonça qu'elle lui confiera une mission à accomplir malgré les difficultés ; elle lui dit entre autre : "Les temps seront mauvais. Les malheurs viendront fondre sur la France. Le trône sera renversé. Le monde entier sera renversé par des malheurs de toutes sortes...". La sainte Vierge avait l'air très peiné en disant tout cela. On le comprend bien et près de deux cents ans après, ces prédictions ce sont largement vérifiées et se vérifient encore... Cependant Notre-Dame ajoute des paroles d'espérance : "Mais venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur : grands et petits". La sainte Vierge termine sur des considérations qui concernent les filles de la Charité. 

deuxième apparition : la Médaille Miraculeuse

C'est au cours de la deuxième apparition qui eut lieu le 27 novembre 1830, toujours à la rue du Bac, que la sainte Vierge lui montra sous la forme d'un tableau la médaille appelée plus tard miraculeuse avec l'inscription "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous". Notre-Dame lui dit : "Il faut faire frapper une médaille sur ce modèle et les personnes qui la porteront indulgenciée, c'est-à-dire bénite, et qui feront avec piété cette courte prière jouiront d'une protection toute spéciale de la Mère de Dieu". La sainte Vierge lui dit qu'elle répand les grâces sur les personnes qui les lui demandent. Notre-Dame fit comprendre aussi à sainte Catherine Labouré combien elle avait pour agréable que les fidèles prient la sainte Vierge et combien elle était généreuse envers ces personnes. Que de grâces elle accorde aux personnes qui les lui demandent, quelle joie elle éprouve en les accordant !

Les sceptiques sont peut-être tentés de mettre en doute l'origine surnaturelle de la Médaille Miraculeuse. Nous apportons quelques éléments qui donnent la certitude que ce donde la Médaille Miraculeuse vient du Ciel.

Sainte Catherine Labouré

Authenticité des apparitions de la rue du Bac

L'humilité de sainte Catherine Labouré

La sainte vécue encore 46 ans après les apparitions sur la Médaille Miraculeuse, mais personne n'a su qui était l'heureuse privilégiée à part deux ou trois personnes, dont le Père Aladel son confesseur et le Père Etienne le supérieur des filles de la Charité. Aucune enquête canonique n'a pu avoir lieu pour une reconnaissance officielle de la Médaille Miraculeuse car sainte Catherine Labouré a toujours refusé de sortir de l'anonymat, pour voir l'archevêque de Paris.

les réticences de son confesseur le Père Aladel

Dans les premiers temps son confesseur n'a pas pris au sérieux les apparitions à sainte Catherine Labouré. Il était très sceptique et comme incrédule ; il a plusieurs fois rabroué la sainte. Il a fallu attendre plusieurs mois avant que le Père Aladel en parle à son supérieur, qui en parla à l'archevêque de Paris Mgr de Quelen. Contre tout attente ce pieux prélat fut très favorable à la Médaille Miraculeuse, il donna son approbation et voulut être le premier à la porter.

Les miracles et bienfaits dus à la Médaille Miraculeuse

C'est sans aucun doute l'argument le plus fort en faveur de l'authenticité de la Médaille Miraculeuse. Car comment Dieu peut-il faire des miracles pour accréditer le mensonge ?

L'un des miracles les plus célèbres fut la conversion d'un banquier juif alsacien Maire-Alphonse Ratisbonne. Cette conversion due à la Médaille Miraculeuse eu un tel retentissement que le Saint-Siège reconnut d'une part le caractère miraculeux de cette conversion à la manière de saint Paul et d'autre part qu'elle était due à cette Médaille. Pour un récit de cette conversion vous pouvez vous rendre sur notre site clairval.com : Vie de Marie-Alphonse Ratisbonne.

Description de la Médaille Miraculeuse

L'avers de la Médaille Miraculeuse

Nous voyons la Très Sainte Vierge Marie debout les bras étendus et des rayons partant de ses mains. Ces rayons lumineux symbolisent toutes les grâces que la Mère de Dieu obtient à ses enfants qui les lui demandent. Elle est debout sur un globe  foulant au pied un serpent, le démon, l'ennemi du genre humain depuis l'origine du monde. La prière qui entoure la Vierge "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous", affirme clairement le privilège de l'Immaculée Conception.

Le revers de la Médaille Miraculeuse

Au revers se trouve un M enlacé avec une croix : Marie est intimement associée à l'oeuvre salvifique du Christ, elle est corédemptrice ; elle était au pied de la croix le Vendredi Saint où elle s'offrait avec son divin Fils au Père pour le salut des âmes. Ce rôle de Marie est encore souligné par la présence du coeur transpercé d'un glaive, qui rappelle la prophétie du vieillard Siméon. La présence de ces deux coeurs signifient que toutes les grâces obtenues par cette Médaille proviennent des mérites de la Passion du Christ.

Les douze étoiles symbolisent les douze apôtres qui sont les fondements de l'Eglise dont Marie est la Mère. Ce don de la Médaille Miraculeuse est une conséquence du rôle maternelle de Marie envers l'Eglise.

Si cette puissance de Marie étonne certains, rappelons-nous ce qu'écrivait saint Pie X dans son encyclique du 2 février 1904 : "Par la communion de douleurs et de volonté entre le Christ et Marie, la Vierge a mérité de devenir la dispensatrice de toutes les richesses acquises par le sang de Jésus".

Porte-clé de la médaille miraculeuse

La MEDAILLE MIRACULEUSE dans la liturgie

Une messe propre pour le 27 novembre

La messe propre et l'office de la Médaille Miraculeuse, qui est tout à l'honneur de l'Immaculée, ont été approuvés le 23 juillet 1894. Cette fête a été fixée au 27 novembre, jour auquel sainte Catherine Labouré, Fille de la Charité, a reçu de la sainte Vierge la révélation de cette médaille au couvent de la rue du Bac à Paris.

La collecte de la messe pour la Médaille Miraculeuse

Dans l'oraison-collecte  de la messe est rappelé que tous les miracles et bienfaits obtenus par cette Médaille ont en vue la glorification de l'Immaculée Conception et ce privilège donne à la Vierge Mère un grand pouvoir auprès de Dieu ; tous ces bienfaits temporels nous invitent, encouragent à invoquer le patronage de Marie afin de parvenir aux joies éternelles, car Notre-Dame a plus à coeur notre félicité éternelle que notre bonheur ici-bas.

Les autres oraisons  de cette messe, secrète et communion, ont la même tonalité.

La Femme de l'Apocalypse sur la Médaille Miraculeuse 

L'épître est tirée du livre de l'Apocalypse qui nous présente la Femme avec une couronne de douze étoiles en lutte avec le dragon : le rapprochement est très clair.

Aux noces de Cana

Pour l'Evangile a été choisi les noces de Cana où, par l'intercession de Marie, Jésus, devançant l'heure, accomplit son premier miracle. Ainsi avec les prodiges obtenus par la Médaille Miraculeuse se renouvèle à chaque fois l'épisode des Noces de Cana, et Jésus obéit à sa sainte Mère qui désire consoler tous ses enfants de la terre : Jésus ne sait rien refuser à sa Mère.

Le rite de bénédiction et d'imposition

La prière de bénédiction de la Médaille Miraculeuse

Dans cette prière nous rappelons que Dieu a voulu, par de multiples apparitions de la sainte Vierge accomplir des merveilles en vue du salut des âmes. 

Ce rappel nous invite à dépasser cet horizon terrestre pour porter notre regard jusqu'au Ciel.

Ainsi pour éviter l'enfer et parvenir au Ciel nous demandons que Dieu répande sur la Médaille Miraculeuse sa bénédiction, afin que ceux qui la porteront avec dévotion ressentent la protection de la sainte Vierge représentée sur la médaille, et obtiennent la Miséricorde, c'est-à-dire le salut.

Cette demande nous montre que toutes les faveurs spirituelles, temporelles, corporelles obtenues par l'intermédiaire de la Médaille Miraculeuse sont en vue du salut éternel.

prière d'imposition de la Médaille Miraculeuse

La prière d'imposition demande aux fidèles de la porter avec vénération afin d'obtenir le secours de la Vierge Immaculée en sorte que la Mère de Dieu renouvelle ses prodiges de piété et nous obtienne de la Miséricorde divine de vivre et de mourir heureusement.

Ce rite se termine par l'oraison de la messe propre dont nous avons parlé.

Cette prière d'imposition met en valeur l'importance des bonnes dispositions pour bénéficier des grâces attachées au port de la Médaille Miraculeuse : confiance, vénération et dévotion.

Après avoir rappelé tous ces faits, nous pouvons maintenant revenir à la question initiale : pourquoi porter la Médaille Miraculeuse ?

Statue de la Médaille Miraculeuse de la rue du Bac

Des raisons de porter la MEDAILLE MIRACULEUSE

La Médaille Miraculeuse, source de grâces

Comme nous l'avons écrit plus haut, la sainte Vierge a un grand plaisir à obtenir des bienfaits et des grâces pour les hommes qu'elle considère ses enfants ; elle désire les voir un jour tous au Ciel. Comme dit sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Marie est plus Mère que Reine. Une mère n'abandonne jamais son enfant même s'il se livre au mal. Une mère est toujours là, prêt à subvenir aux besoins de son enfant et même s'il est adulte, il reste son enfant.

La Médaille Miraculeuse, signe sensible des bienfaits de Dieu

La sainte Vierge, en nous donnant la Médaille Miraculeuse, a voulu nous donner un signe qui puisse nous aider à penser à elle, à la prier pour qu'elle ait la joie de nous obtenir les bienfaits de Dieu. Nous sommes corps et âme et nous avons besoin de repères sensibles pour prier convenablement, être fidèles à nos devoir de chrétiens. Cette médaille portée sur soi nous rappellera fréquemment le secours que nous pouvons attendre de notre Mère du Ciel en vue de notre salut éternel.

La Médaille Miraculeuse pour notre temps

Avec le XVIIIème commence une terrible époque pour l'humanité. Les sociétés s'éloignent de plus en plus ouvertement de Dieu, la religion est rejetée petit à petit de l'espace public. L'athéisme envahit les masses et le matérialisme toute la société. Contre ce déchaînement de l'enfer et pour ne pas nous laisser emporter par ce raz de marée d'impiété, Dieu nous a donné une source de grâces abondantes adaptée à notre époque et à la portée de tous : la Médaille Miraculeuse. Dans ce monde d'impiété, de haine et de violence, on peut se sentir bien seul, mais le port de cette Médaille nous rappelle la présence de Marie.

La glorification de Marie par la Médaille Miraculeuse 

D'autre part, Jésus désire la glorification de sa très sainte Mère. Cette Médaille nous rappelle que la sainte Vierge est puissante auprès de Dieu en raison de ses mérites et de sa sainteté. Même si elle est plus mère que Reine, elle est vraiment Reine des Cieux, elle en a donc la puissance. L'exemple des noces de Cana nous montre que Jésus ne refuse rien à sa Mère et qu'à sa demande il a fait un miracle qu'il n'avait pas d'abord l'intention de faire. Ainsi en priant Notre-Dame pour obtenir des bienfaits en vue du salut de notre âme nous sommes sûrs d'être exaucés. C'est donc avec une grande confiance que nous devons porter la Médaille Miraculeuse.

La Médaille Miraculeuse et le dogme de l'Immaculée Conception

La prière gravée sur la Médaille Miraculeuse indique que la glorification de la très sainte Vierge Marie passe par le privilège de l'Immaculée Conception. En 1830, ce dogme n'était pas encore défini par l'Eglise catholique. On peut supposer que cette Médaille a joué un rôle non négligeable lorsque le bienheureux Pie IX a consulté l'univers catholique sur l'opportunité de la reconnaissance officielle de ce privilège. Tant de bienfaits obtenus par la Médaille Miraculeuse, sur laquelle le privilège de l'Immaculée Conception était inscrit, n'était-ce pas une invitation du Ciel à proclamer comme une vérité de foi révélée par Dieu, que Marie fut préservée du péché originel dès le premier instant de sa conception ?

En tout cas le 8 décembre 1854 le Pape Pie IX proclama ce nouveau dogme qui fut confirmé par le Ciel quatre ans plus tard à Lourdes, lorsque la sainte Vierge apparut à sainte Bernadette Soubirous et se nomma l'Immaculée Conception.

La Médaille Miraculeuse pour l'ultime combat

Dans ce titre reconnu officiellement à la Mère de Dieu, la Providence divine semble munir l'Eglise des armes nécessaires en vue de l'ultime combat entre la Femme revêtue du Soleil de l'Apocalypse et le Dragon. Ce combat a été annoncé dès l'origine du monde à Adam et Eve quand Dieu prédit au serpent qu'une Femme lui écrasera la tête. Cette femme, c'est celle de la Médaille Miraculeuse, où la Vierge Marie est représentée avec un serpent à ses pieds. Cette victoire de Marie est principalement contre le péché, car l'Immaculée Conception est la seule créature qui n'a été souillée par aucun péché. Le démon n'a remporté contre elle pas l'ombre d'une victoire.

Porter la Médaille Miraculeuse est une protestation de foi, c'est choisir le camp de la Femme de l'Apocalypse, c'est vouloir renoncer au péché avec le secours de Marie.

La MEDAILLE MIRACULEUSE ne porte pas atteinte à la gloire de Dieu

Cette glorification de Marie voulue par Dieu n'est pas au détriment de sa propre gloire. Bien au contraire, car ce privilège de l'Immaculée Conception est un don purement gratuit, et la sainte Vierge est la première à reconnaître qu'elle est la première des rachetés. Toute la louange qu'elle en reçoit, elle la rend à Dieu comme en témoigne son Magnificat : "Mon âme exulte en Dieu mon Sauveur, parce qu'il a reconnu la bassesse de sa servante et les générations me diront bienheureuses car le Puissant a fait en moi de grandes choses". Comme cette louange vient d'un coeur très pur, jamais souillé par le plus petit péché, elle est très agréable à Dieu.

Ainsi avec la Médaille Miraculeuse nous glorifions Dieu par Marie.

-

Noubiez pas de lire aussi nos dossiers sur... 

les vraies ou fausses Médailles  Miraculeuses

_____

comment porter la Médaille  Miraculeuse

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)