Categories

Recherche dans le blog

Pie XI et la doctrine thérésienne de l'Enfance spirituelle

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus dans la gloire

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus dans la gloire

Sujet adopté à Rome pour le grand étendard de la canonisation (17 mai 1925)

Dans l'article de la semaine dernière, nous avons parlé de tout ce que le Pape Pie XI fait pour sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. Cette admiration pour la sainte Carmélite de Lisieux à son origine dans la doctrine spirituelle de sainte Thérèse de Lisieux qu'il estimait beaucoup et à juste titre. Nous vous présentons des passages significatifs de discours ou sermons du Pape des missions.

Pie XI définit l'Enfance évangélique, qui est à la racine de la spiritualité de l'Etoile de son pontificat, de la manière suivante : « elle consiste à sentir et à opérer, sous l’empire de la vertu, comme un enfant sent et opère naturellement. »

Mais il insiste davantage pour nous montrer dans Sainte Thérèse le modèle parfait de cette voie si évangélique. Il s’exprime ainsi dans le Décret di Tuto pour la Canonisation :

« Un dessein de la Providence de Dieu a daigné présenter à ce siècle orgueilleux un exemple éclatant et imitable, dans sa fidèle et bien-aimée Servante, Thérèse de l'Enfant-Jésus, et rappeler, par elle, le précepte solennel et bien connu de la Sagesse incréée. « Si vous ne vous convertissez et ne devenez semblables à de petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux. » C’est en cela précisément que consiste le caractère propre de la sainteté à laquelle Dieu appela Thérèse, quelle réalisa fidèlement en elle-même et en toutes ses actions, et dont elle fut un exemplaire vivant. »

Dans l’Homélie, le Pape développe largement cette pensée :

« Cette Vierge — sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus — s’est rendue enfant selon la grâce, mais d’une enfance qui, étant inséparable d'une réelle force d’âme, mérite pleinement, d’après les promesses mêmes de Jésus-Christ, d'être exaltée et glorifiée dans la Jérusalem céleste et devant l’Eglise militante.

... « De même que les petits enfants, qu’aucune ombre de péché n’aveugle, qu’aucune convoitise de passions ne sollicite, jouissent de la possession tranquille de leur innocence, et, ignorant toute malice et dissimulation, parlent et agissent comme ils pensent, et se révèlent au dehors tels qu'ils sont réellement : ainsi Thérèse apparut plus angélique qu’humaine, et douée d’une simplicité d’enfant dans la pratique de la vérité et de la justice. Consciente de sa faiblesse, elle se livra tout entière à la divine Providence, et, appuyée uniquement sur son secours, elle travailla à acquérir au prix de tous les sacrifices, la parfaite sainteté de vie à laquelle elle avait résolu de tendre, par une pleine et joyeuse abdication de sa volonté. »

Pape Pie XI au travail

Le Pape Pie XI à son bureau de travail

"Sainte Thérèse nous a appris à sanctifier le si méritoire labeur quotidien, fait de tant de menus détails !..." (pie XI, le 20 février 1938)

 Et ce Modèle est aussi une Maîtresse de sainteté ; c’est ce qu’affirme le Vicaire de Jésus-Christ avec une particulière insistance dans l’Homélie précitée :

«La nouvelle sainte Thérèse s'est pénétrée de la doctrine évangélique et l’a fait passer dans la pratique quotidienne de sa vie. Bien plus : cette voie de l'Enfance spirituelle, elle l’a enseignée, par ses paroles et ses exemples, aux novices de son Monastère, et elle l'a révélée à tous par ses écrits, qui se sont répandus, par toute la terre, et que personne ne peut lire sans y revenir avec beaucoup de fruits. »

En déléguant à Lisieux S. Ém. le Cardinal Vico, en qualité de Légat, le Pape explique :

« Dans un siècle trop oublieux des intérêts éternels, devant ce dédain affiché pour le surnaturel, par ces temps où de nombreux esprits sont à ce point pleins d’orgueil et d’assurance qu’ils ignorent ou affectent d’ignorer l'Eglise catholique, Mère de la sainteté et cause de toute vraie civilisation, il est bon de remarquer qu’il a été agréable à Dieu de faire connaître, par toute la terre, ce que cette Enfant avait pratiqué dans l’humilité et la clôture de son Carmel : sa simplicité, l’ingénuité de son âme, sa vie angélique, l’éclat de ses vertus et aussi de ses miracles, sa pratique parfaite de l’Enfance spirituelle, dont, naïve et pure, elle s’est révélée un Maître. »

Un autre passage de l’Homélie amplifie l’accent :

« Ne nous étonnons pas si en cette sainte Moniale s’est accomplie la parole du Christ : « Quiconque se sera fait petit comme un enfant sera le plus grand dans le Royaume des Cieux. » Il a plu à la divine Bonté de la douer et enrichir d’un don de Sagesse tout à fait exceptionnel... L’Esprit de Vérité lui découvrit et enseigna ce qu’il cache ordinairement aux sages et aux prudents et révèle aux humbles. Elle acquit, au témoignage de Notre Prédécesseur immédiat, une telle science des choses surnaturelles qu’elle a pu tracer aux autres une voie certaine de salut. »

Deux Discours du Pontife sont aussi fort éloquents sur ce point.

Celui du 30 avril 1923 :

Le non Dieu nous dit bien des choses par elle qui fut comme sa Parole vivante. Il nous dit quelles sont les vraies, les grandes valeurs à ses yeux : ce ne sont pas les grandeurs extérieures et les pompes de ce monde, ni les trésors de la terre, ni aucun des biens d'ici-bas qui sembleraient devoir nous suffire. Le trésor, le vrai trésor est au-dedans de nous : cest dans notre cœur que Dieu le cherche. Elle nous dit ce qui compte devant le bon Dieu, ce que tous sont en état de Lui offrir : elle nous dit que tous peuvent se présenter devant Lui, riches de la paix du cœur, l'âme pleine de sentiments sincères, pratiquant le saint abandon à son bon vouloir adorable. »

Et le 11 février 1923 :

«Que veut nous dire encore Sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus, qui s'est faite une Parole de Dieu ? Elle nous dit qu’il est une chose, sinon plus grande, du moins aussi grande que l'action et la puissance du génie dans l’apostolat chrétien... une chose qui devant Dieu est au moins aussi précieuse : c’est l'humilité du cœur ; la fidélité totale au devoir d'état, quel qu'il soit, en quelque sphère et à quelque degré de la hiérarchie humaine que Dieu nous ait placés et appelés à travailler ; l’abandon confiant dans la main et le Cœur de Dieu, et, par-dessus tout, la charité vraie, le réel amour de Dieu, répondant à la tendresse qu'il nous a Lui-même témoignée, cette charité qui est bienveillante, patiente, toujours active et supportant tout, prête à tous les dévouements et à toutes les immolations. »

Le reliquaire de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

Le reliquaire offert par le Pape Pie XI à la basilique de Lisieux

Il contient les ossements du bras droit de sainte Thérèse de l'Enfant-jésus

Autour du médaille, à l'effigie du Pape, est gravé ce texte de l'office de la sainte :

"Souviens-toi de faire pleuvoir des roses"

Le Pontife suprême exalte ensuite les fruits admirables de l’Enfance spirituelle, dans son Discours aux Pèlerins français, le lendemain de la Canonisation :

« Du fond de sa clôture, Thérèse fascine aujourd’hui le monde sous la magie de son exemple... exemple de sainteté que tout le monde peut et doit suivre : car tout le monde doit entrer dans cette « petite Voie » — Voie d’une simplicité d’or qui n’a d’enfantine que le nom — dans cette Voie d'Enfance spirituelle, toute de pureté, de simplicité d’esprit et de cœur, d’amour irrésistible de la bonté, de la vérité et de la sincérité... Et cette vertu de l’Enfance spirituelle a comme plus beau fruit : l’Amour. 0 Voie si belle, si bonne, si bienfaisante, toute de paix et de sainteté ! Omen Novum.

« Que serait la vie familiale, que deviendrait la vie sociale, si une telle leçon était comprise par tous ! si cette limpidité d’esprit, d’intelligence, de cœur, faisait le fond des rapports entre les nations ! Quelle transformation s’opérerait dans le monde, si l’on revenait à cette simplicité évangélique ! »

Le Saint-Père, dans son Homélie si grandiose, atteste le but réel de la Canonisation :

« La Sainte Eglise ne vise pas d’autre but, en glorifiant Sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus, que de faire mieux comprendre et suivre universellement le précepte du Maître : 'Si vous ne vous convertissez et ne devenez comme de petits enfants, Vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux.' »

Tels furent les jugements et les conseils du Vicaire de Jésus-Christ quant à la doctrine thérésienne, dans ses Actes officiels. Mais il n’omit pas, en maintes autres occasions, de préconiser les enseignements et les exemples de Sa chère Petite Sainte.

Sa sainteté le Pape Pie XI

Sa sainteté le Pape Pie XI

"Fidèles du Christ, l'Eglise vous présente aujourd'hui un nouveau et admirable modèle de vertus que vous devez contempler sans cesse"

(Bulle de canonisation de sainte Thérèse)

Ce message est toujours d'actualité.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire