Categories

Le culte de saint Christophe

Publié le : - Catégories : Histoire religieuse , Tous les articles

Dans l'article précédent nous avons raconté la fameuse légende de saint Christophe élaborée en Occident et inspirée de la signification symbolique du nom de Christophe, Porte-Christ.

saint Christophe de Meisner von Messkirch

Saint Christophe du Maître de Meßkirch (1525)

Saint Christophe invoqué contre les morts subites

Mais pour autant, ce n'est pas à cette seule source que l'Occident chrétien doit sa dévotion envers ce saint, puisque tout au début de ce culte en Occident, saint Christophe était invoqué pour protéger contre la mort subite ; ce patronage  semblerait s'enraciner dans les actes orientaux du martyre de saint Christophe. Dans ces actes, le saint avait demandé à Dieu, avant de mourir, que ceux qui l'invoqueraient en son nom fussent préservés de tous les maux et fussent sauvés : une voix du Ciel lui appris qu'il était exaucé. Le plus grand des maux est sans doute la mort subite, qui ne laisse pas le temps de se repentir et de recevoir les derniers sacrements.

Popularité de saint Christophe

Ce patronage valut à saint Christophe une grande popularité du XIIème au XVIème, comme en témoigne l'iconographie du Moyen-Âge et de la Renaissance, qui a vu les représentations gigantesques de saint Christophe se multiplier dans toute l'Europe occidentale. Les écrits de cette époque nous montrent que saint Christophe ne fut pas seulement invoqué contre la mort subite mais aussi contre la peste, les maladies, et spécialement l'épilepsie et les maladies nerveuses, etc...

Saint Christophe, protecteur des voyageurs

Contre les morts subites, les voyageurs étant les plus menacés, c'est donc avec raison que saint Christophe est invoqué par les piétons et cavaliers dès le moyen-âge. Cette légende, protecteur des voyageurs, est bien établie au moyen-âge et aurait pris son premier essor dans les Alpes, où certaines traversées de rivières ou torrents grossis par la fonte des neiges savéraient souvent dangereuses.

C'est justement dans cette région alpine (où le culte de saint Christophe, Porte-Christ, s'était développé), que naquit en 1386 la première confrérie de saint Christophe pour le secours des voyageurs. Elle est due à l'initiative d'un berger qui se désolait de voir tant de voyageurs victimes du froid et de la neige, ou périr dans des précipices, etc.. Il fit construire, avec l'argent récolté par des quêtes, au lieu le plus dangereux d'un col, un oratoire dédié à saint Christophe et une hôtellerie. Depuis lors les confréries se multiplièrent durant tout le Moyen-Age. 

Autres patronages de saint Christophe

Le culte de saint Christophe prit un tel essor qu'il devint le saint Patron des portefaix ou déchargeurs de bateau : porter le Christ ou porter autre chose, c'est toujours porter...

En raison de son bâton couvert de fleurs et de fruits, saint Christophe devint le saint Patron de la corporation des fruitiers, coquetiers, beurriers et fromagers.

Popularité de saint Christophe

Le nombre d'églises et de sanctuaires consacrés à saint Christophe, ainsi que le nombre de communes qui portent ce nom, témoignent de la popularité de ce saint au Moyen-Âge. A cela, il faut ajouter toute l'iconographie qui se développe presque toute entière soit autour d'une figure isolée, un géant en Orient, soit autour de la représentation d'une scène unique, en Occident : le passage du fleuve avec l'Enfant-Jésus.

Pourtant, à partir du XVIIème le culte de saint Christophe devient plus discret.

Il nous reste à voir dans un dernier article comment le culte de saint Christophe prent un nouvel essor au XXème.

Articles en relation

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)