Categories

Recherche dans le blog

Que penser de la sainteté de sainte Anne ?

Sainte Anne avec Marie, sa fille, et Jésus

Sainte Anne, avec la sainte Vierge et l'Enfant Jésus

Si la grandeur du culte envers sainte Anne et sa puissance d'intercession peuvent étonner, n'oublions jamais la très éminente dignité de sa fille et il est comme impossible d'honorer convenablement Marie sans que sa sainte mère ait une large part à ses honneurs. Mais cette participation à la gloire de Marie n'est pas quelque chose de purement extérieur, elle correspond bien a une sainteté réelle en sainte Anne. Pour s'en convaincre rappelons d'abord la manière d'agir de la Providence divine dans son oeuvre salvifique.

Sainteté des coopérateurs à l'oeuvre divine

Pour accomplir la Rédemption du genre humain, Dieu  a voulu s'aider des créatures. Plus le rôle joué par la créature est important, plus il dote cette créature de perfections et de grâces. Ainsi la sainte Vierge en raison de la Maternité divine devait être pleine de grâces et immaculée conception. Or il est tout à fait convenable que sainte Anne, en tant que mère de la plus sainte des créatures, soit elle-même d'une éminente sainteté, bien que largement inférieure à la sainte Vierge.

Ainsi il y a une proportion entre la dignité de la personne et la dignité de la mission qu'elle doit accomplir. Toutes ces considérations sont un peu théoriques, mais regardons ce que la liturgie nous enseigne d'une manière plus précise.

Sainte Anne dans la liturgie

Importance de la liturgie

la liturgie de l'Eglise n'est pas une oeuvre purement humaine ; dans le choix des textes, l'Eglise, Epouse du Christ, est guidée par l'Esprit-Saint et la liturgie se trouve être l'écho bien affaibli de la liturgie céleste.

Le petit office de sainte Anne

Ces textes nous montrent dans la cours céleste un concert unanime d'actions de grâces au Seigneur, et de félicitations à sainte Anne de ce qu'elle a mérité d'être la mère de la Reine de tous les Anges et de tous les Saints. Ce sont en même temps des félicitations à Marie, du fait que, entre les premières marques de l'amour dont le Tout-Puissant la prévenue, elle doit considérer le choix de sainte Anne pour lui donner la vie.

Extraits de l'office de sainte Anne

En parcourant l'office liturgique de sainte Anne nous avons remarqué quelques passages qui mettent bien en valeur le rapport entre sainte Anne et Marie : 

"L'illustre tige de Jessé a produit un  gracieux rameau ; et le rameau une fleur : Anne est la tige ;  le rameau est la Mère de Dieu ; et Jésus-Christ est la fleur."

Dans une hymne l'Eglise chante en parlant d'Anne :

"Réjouissez-vous  : car la Fille qui a reposé dans votre chaste sein, y fut préservée de la tache originelle.

"Réjouissez-vous : vous avez enfanté la Fille de la chasteté, vase de vertu et de salut.

"Réjouissez-vous :  vous avez allaité avec allégresse, l'Etoile  du monde et le Cellier du souverain Roi."

Dans une autre hymne :

"Salut, mère de l'étoile des mers, de laquelle est né le Roi des rois."

Une antienne :

"Bénie soit sainte Anne, qui nous a donné Marie par laquelle nous est apparue l'espérance du salut éternel."

Et voici le début d'une oraison :

"O Dieu, qui avez daigné accorder à la bienheureuse Anne, une telle abondance de grâces, qu'elle mérita de donner le jour à la Mère de votre Fils unique…"

Une antienne à la sainte Vierge

"Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous : que votre grâce soit avec moi. Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et bénie soit sainte Anne, votre mère : elle vous a conçue sans péché, ô Vierge Marie, et de vous est né Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant." 

Sainte Anne et la sainte Vierge enfant

Sainte Anne avec la sainte Vierge enfant

Sainte Anne, mère de l'Immaculée

Ainsi Le culte et les honneurs rendus à sainte Anne sont étroitement liés à sa maternité : elle est la mère de la Mère du Sauveur.

On pourrait se demander pourquoi seule parmi les aïeux de Jésus sainte Anne jouit d'un tel honneur ? Les grands-parents de Marie ne pourraient-ils pas être aussi mis à l'honneur ?

A cela, il suffit de répondre que dans la mesure où Marie est l'Immaculée conception, il est normal que le sein qui l'accueillit soit d'une grande pureté ; par conséquent sainte Anne devait être gratifiée de grâces éminentes pour atteindre la grande sainteté qui la rendrait digne de porter dans son sein l'Immaculée conception. On peut donc affirmer sans crainte : de même que le Fils de Dieu devait avoir une mère préservée du péché originel, de même l'Immaculée Conception devait naître d'une mère très sainte. Sans même connaître sa vie nous sommes assurés de la grande sainteté de sainte Anne ainsi que, dans une moindre mesure, de celle de son époux saint Joachim.

Avec ces explications, l'on comprend la grande puissance d'intercession dont jouit sainte Anne et ne soyons donc plus étonnés des nombreux miracles qu'elle a obtenus, de la grande vénération dont elle jouit en Bretagne, en France, au Canada et dans le monde entier.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire